AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Quand la Betise n'a de limites... [M'sieur le Prince]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eden Carlyle
Serpentard | Cunning and Hypocritical
Serpentard |  Cunning and Hypocritical
avatar

Nombre de messages : 44
Niveau Scolaire : 5ème année
Côté Coeur : Nobody__#
Animal de Compagnie : Un chat, Pandore
Date d'inscription : 13/04/2008

Hogwarts Report's
Votre Maison: Serpentard
Sort Favoris:
Relationship:

MessageSujet: Quand la Betise n'a de limites... [M'sieur le Prince]   Sam 19 Avr - 0:06

    Rose - « Eden ! Mais t’es pas possible, lâche ton foutu chat et magnes-toi. »
    Eden « Hey… mais ça va pas. Je vais pas le laisser là. Surtout que l’autre cinglé chez les Lions veut en faire un tapis. Non j’emporte ma Bestiole-Stupide. »

    Toutefois, l’animal en question ne semblait pas être en accord avec l’avis de sa propriétaire. Le chaton se débattait cherchant a mordre avec le peu de dents qu’il avait. Et ce fut avec réticence que la jeune fille le relâcha a terre et ceci devant le sourire victorieux de sa soit disants amie. Rose, Serdaigle a qui elle faisait confiance pour les sorties a l’improviste, surtout si c’était pour aller a Pré Au Lard.

    Mais la journée était seulement sur le point de s’achever, si bien que si les Miss sortaient maintenant c’est rapidement qu’elle rentreraient a Poudlard et ceci escortées par le Concierge qui apparemment était aussi désagréable que l’ancien. Mais ceci n’était pas tellement un problème. Rose lui avait montré un passage sous le saule cogneur, un que ses parents avaient apparemment expérimenté puisque l’un deux avait failli mourir. Quoiqu’il en soit, les deux étudiantes étaient finalement sorties dans le parc et ceci en se faisant les plus discrètes possible ce qui avec Eden n’était guère possible. Vu son étourdissement perpétuel. Et ce fut une fois devant l’arbre massif que la Vert et Argent réalisa l’ampleur des dégâts possible si une branche venait a lui fouetter le visage. Défigurée. Cette pensée l’horrifia. Certes elle n’était pas très a cheval sur la perfection mais tout de même qui aurait souhaité ne plus pouvoir se regarder dans un miroir sans être horrifié par la vision renvoyé ? Personne. Et c’est pourquoi l’héritière des Carlyle avait légèrement reculer en voyant l’arbre s’agiter et ceci a cause de la simple brise qu’elle n’avait pas sentie.

    Eden - « Non et non. Je ne franchirai pas ce truc, cette chose… cet arbre. C’est trop dangereux. »
    Rose - « Toujours aussi peureuse a ce que je vois. Mais ceci est bien connu. Les Vipères sont lâches. »
    Eden « Répètes ! Je Ne Suis Pas Lâche. Regardes… »

    La Vert et Argent s’était avancée vers l’arbre, baguette en main, un air déterminé gravé sur son visage pale. Et il fallait agir, maintenant, ce qu’elle fit avec panique certes mais le sortilège fusa de sa baguette. Un Stupéfix bien placé qui avait permis de geler les gestes de l‘arbre pendant quelques secondes… secondes pendant lesquelles la miss s’était avancée avec rapidité vers l’arbre pour appuyé sur la racine qui ouvrait le passage vers la cabane hurlante. Mais la panique gagna Eden qui ne se souvenait plus de quelle racine il fallait toucher et la panique suivit de la fin du sortilège accentua la crainte de la demoiselle qui remercia grandement Merlin d’avoir une amie comme Rose. Elle avait ouvert le passage de justesse. Soupir que la miss poussa une fois a l’intérieur du tunnel de terre… soupir qui fut remplacé par un cri de terreur. Une araignée, il y avait une bestiole à huit pattes juste devant elle, et pour couronner le tout, une toile… Pétrifiée, Eden ne pouvait plus bouger devant ce tout petit insecte de rien du tout. Enfin, pas pour tout le monde apparemment.

    Eden - « Rose ! Dégages moi cette bête de suite. »

    Rose - « Chochotte. »

    Et la jeune fille, contrairement a Eden était partie dans un grand éclat de rire. Elle qui n’avait pas peur des araignées, logique. Et ce fut une fois le passage débarrassé de la toile ainsi QUE de l’araignée que la Serpentard se décida a avancer de nouveau, fermant alors les yeux a demi pour ne pas voir ce qui se trouvait autour. Toutefois, bien que le tunnel fusse court, Eden le trouva particulièrement long et ce ne fut qu’une fois a l’intérieur de la cabane, allongée sur les planches poussiéreuses et miteuses qu’elle se permit un sourire de satisfaction. Elle avait réussi et s’en félicitait presque - a croire que le Tournoi des 3Sorciers n’était rien à coté - . Mais elle n’eut le temps de se prélasser et d’admirer la crasse environnante car déjà Rose l’extirpait de la cabane pour la mener vers les boutiques et plus particulièrement vers le bar. Mais gamine comme était Eden, celle-ci s’était arrêté devant de nombreuses boutiques et plus particulièrement celle qui vendait des bonbons de toutes sortes. Ronds, carrés, multicolores… un enfant de cinq ans n’aurait pas eu des yeux aussi ronds que des soucoupes devant une telle vue. Eden si.

    Eden - « Rose… regardes donc tout ce qu’il y a… Rose ? »


    La dénommée Rose n’était plus là, elle avait probablement filée au bar, connaissant cette fille, ceci n’aurait pas été étonnant. Et Eden ne s’était pas pressée elle avait même acheter quelques bonbons avant de sortir, un sourire accrochée sur les lèvres pour se rendre compte que la nuit était presque tombée. Mais ce ne fut pas la crainte qui domina. Non. L’émerveillement. Car si il y avait bien une chose que la Vert et Argent appréciait, c’était bien ceci. La nuit. Toutefois il lui fallait retrouvé Rose pour repartir et s’est en courant que la Miss s’était dirigée vers les Trois Balais… et qu’elle percuta quelqu’un…
    Eden « Oh pardon. Excusez-moi... Je ne vous avais pas vu. »


    La demoiselle s’était alors légèrement abaissée, tendant sa main vers l’inconnu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Severus T. Rogue
Adults | We Have Life and Succes |
avatar

Nombre de messages : 304
Niveau Scolaire : Maître des Potions. Qui dit mieux ? [arrogant]
Côté Coeur : Sis' [♥] | Lily.... *broken* - What else ? :roll:
Animal de Compagnie : Lupin ? :roll:
Date d'inscription : 16/04/2008

Hogwarts Report's
Votre Maison: Slytherin.
Sort Favoris: Sectumsempra. Envie d'essayer ?
Relationship:

MessageSujet: Re: Quand la Betise n'a de limites... [M'sieur le Prince]   Sam 19 Avr - 0:49

    Sortir, s'enfuir. Echapper à sa vie. Juste... partir. Prendre l'air. Vite. Profiter de ces quelques heures de repos. Le Maître des potions, l'apothicaire donc, titre qu'il reniait, bien trop dégradant, avait décidé de se rendre à Pré-au-Lard aujourd'hui. Il avait rangé à la hate son laboratoire avant d'attraper sa cape pour mettre rapidement les pieds dehors, ne laissant pas à sa femme la moindre chance de le rattraper. Il avait besoin d'air. De liberté en réalité. Vieux fantômes qui revenaient. Mais ces derniers temps, il se sentait comme oppressé. Une bouffée d'air, c'était tout ce qu'il demandait. Respirer l'air libre, se laisser porter par ses pas et sombrer s'il en arrivait là. Qu'importe. Il s'en moquait. Paradoxalement, il avait passé une bonne partie de sa vie enfermé par son passé et maintenant, c'était son futur qui lui était opressant. Toutes ces perspectives qui s'offraient à lui. Vieillir. Prendre de l'âge auprès de sa femme, voir leurs enfants grandir et fonder à leur tour une famille. Quelque chose n'allait pas pour lui. L'ordre des choses n'était pas respecté. Il y avait bien trop longtemps qu'il menait cette vie-là et il avait l'impression d'étouffer dans ce cocon bien confortable. Alors oui, il était sortit. Paranthèse d'un soir dans sa vie. Retrouver un instant la folie qui avait été sienne tant d'années. Avec sa solitude pour seule maîtresse. Renouer avec des temps bien sombres. Partir, et étendre de nouveau ses ailes. S'envoler et retomber. Se briser ses ailes et n'en avoir que faire. Cela était arrivé bien trop souvent déjà, ivresse de sensations qu'il ne demandait qu'à revivre. Folie qui s'était emparée de lui.

    Il avait finit par transplaner à Pré-au-Lard. Etonnant comme cette petite bourgade pouvait lui rappeler des souvenirs. Joyeux, tristes, sombres. De la peur, du regret, de la joie, de la haine, du bonheur. Tout comme le château, c'est ici qu'il avait vécut, réellement. Là qu'il avait fait sa vie. Quarante ans ne s'oubliaient pas. Pas ainsi du moins. Sissylia avait beau tenter de chasser les fantômes de son passé, ils étaient toujours là. Plus vivants que jamais. L'accompagnant dans le moindre de ses pas, le moindre de ses actes. Et il rêvait à un autre temps. A une lointaine époque où il pouvait rire en la compagnie d'une adolescente à la chevelure plus flamboyante que les flammes d'un feu de camp, aux yeux plus verts que l'émeraude et qui croquait la vie à pleine dents. Avant qu'il ne lui vole sa vie. Il pouvait encore la voir ici, courir devant lui, rire, jouer avec lui à se poursuivre au-travers des ruelles. Son sourire illuminait ses souvenirs, et ses mots détruisaient son coeur. Abandon, oubli, traitrîse. Qui était le plus coupable ? Il ne savait. Si Lily vivait encore, il lui ferait porter la responsabilité de les avoir détruit. De l'avoir détruit lui. Mais elle n'était plus là, par sa faute à lui et uniquement par sa faute. Et rien au monde ne pourrait lui ôter cette culpabilité qui le faisait avancer vouté les soirs où il croyait tout perdu. Les soirs où il sombrait sans se soucier du lendemain.

    Il venait d'apercevoir l'enseigne d'un établissement bien connu à la réputation des plus alléchantes. Les Trois Balais. Rendez-vous des amoureux de Poudlard. Si seulement il avait eut le courage d'inviter sa lionne favorite à boire un verre à l'époque... Mais on ne refaisait pas le passé. Et il avait passé le plus clair de sa vie attablé en compagnie de mangemorts, de meurtriers. Vie qu'il avait choisi. Il n'avait fait qu'en subir les conséquences. Gamin qui n'avait pas su prévoir. Gamin qui avait seulement voulu se venger du monde entier. Gamin qui avait tout perdu en une soirée. Enfin tout... il avait pu vivre une nouvelle vie en recroisant la route de Sissylia, mais aimait-il seulement cette vie ? Il ne savait plus. Questions qui tournoyaient sans cesse dans son esprit. Il aspirait à autre chose. Il ne savait pas quoi, mais une pièce essentielle lui manquait pour être heureux. Elément qu'il n'aurait certainement jamais. On ne communiquait pas avec les morts. Dommage.


    Il s'était avancé rapidement alors. Besoin soudain d'un whisky-pur-feu qui s'était fait ressentir. 58 ans certes... mais l'alcool n'avait pas perdu de son attrait. Cette brûlure dans la gorge. Douce folie à laquelle ces souvenirs le faisait aspirer. Seulement il n'avait pas prévu une chose. Quand deux personnes tentent de passer par la même porte au même instant, leurs routes se croisent forcément. Pour le meilleur et pour le pire.

    Il tomba assez lourdement sur le sol, surpris dans son envol par un animal peu commun. Il serra les poings, la machoire serrée pour éviter d'envoyer valser l'inconnue à l'autre bout de la rue. Son regard remonta lentement sur elle, exprimant un agacement profond et une colère certaine.

    Eden « Oh pardon. Excusez-moi. Je ne vous avez pas vu. »

    - C'est cela. Vous ne pouviez pas regarder devant vous évidemment.

    Il observait cette main sans savoir que faire. La saisir ou l'ignorer superbement. Il décida finalement de l'ignorer. Un certain âge certes, mais pas encore grabataire. Il se releva lentement, toujours sans prendre la peine de voir ne serait-ce que le visage ou la couleur des cheveux de la demoiselle. Bien grand mal lui en pris. Ce n'est donc qu'après s'être époussetté, en soupirant fortement, qu'il croisa son regard.

    Et le temps s'arrêta.

    Masque qui avait totalement glissé sans même prévenir. Ces yeux... émeraude. Brillants. Ces cheveux... roux, flamboyant sous la lumière du soleil couchant. Son regard ne cessait de détailler le visage de cette apparition. Et cela dura... de longues secondes. Très longues secondes. Peut-être lui avait-elle parlé ? Il ne savait pas. Hypnotisé. Ses lèvres articulèrent silencieusement son prénom. Du moins, celui qu'il croyait être le sien. Un "Lily..." qu'elle n'avait pu percevoir. Il avait même esquissé un geste de la main avant de se reprendre. Inspirant soudainement. Fermant les yeux. Luttant contre cette vision. En les rouvrant elle ne serait plus là. Lily était morte il y avait bien des années, et par sa faute. Ca ne pouvait donc pas être elle. Calme profond et voix polaire qu'il utilisa à son égard. Elle n'y pouvait rien, mais il nourrissait d'hors-et-déjà une rancoeur profonde envers elle.

    - Qu'est-ce que vous attendez plantée là ? On ne vous a jamais appris à laisser le passage aux anciens ?

    Affirmation à la fois vraie et fausse. Pourquoi l'avait-il employé ? Il ne savait. Il détestait utiliser ce genre de généralités pour retrouver contenance. Mais elle avait réussit à le perdre, simplement par sa présence. Rejet pour se protéger. Severus Rogue avait peur d'une gamine. Mais ça, personne ne le saurait. Jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://entre-bien-et-mal.forumsactifs.net/index.htm
Eden Carlyle
Serpentard | Cunning and Hypocritical
Serpentard |  Cunning and Hypocritical
avatar

Nombre de messages : 44
Niveau Scolaire : 5ème année
Côté Coeur : Nobody__#
Animal de Compagnie : Un chat, Pandore
Date d'inscription : 13/04/2008

Hogwarts Report's
Votre Maison: Serpentard
Sort Favoris:
Relationship:

MessageSujet: Re: Quand la Betise n'a de limites... [M'sieur le Prince]   Sam 19 Avr - 1:25

    S. Rogue - « C'est cela. Vous ne pouviez pas regarder devant vous évidemment. »
    Eden - « Je… je voulais retrouver une amie. » Le regard émeraude de la jeune fille s’était alors abaissé quelques secondes jusqu’à ce qu’elle ne relève la tête pour plonger ses yeux dans ceux de l’homme qu’elle avait renversé. « Puis, je me suis excuser, alors ce n’est pas la peine d’être aussi désagréable c’est déstabilisent comme comportement, on croirait Spencer et ces grands airs. »

    Stupide. Et la miss se serait volontiers frapper la tête contre le mur le plus proche. Elle venait de s’adresser a un inconnu avec tant de désinvolture qu’elle-même n’aurait pas supporter de s’entendre. Mais le pire n’était peut-etre pas là. La Vert et Argent n’avait pas reconnu l’homme qui se trouvait en face d’elle, elle n’avait pas fais le rapprochement avec le garçon précédemment nommé. Spencer, son meilleure ami et l’homme vêtu de noir, là, n’était autre que le père du jeune homme. Pourtant, Severus Rogue n’était pas un inconnu dans le Monde Magique, bien au contraire. Combien de fois ses parents avaient-il craché ce nom avec haine ? Traître, c’est le mot qui revenait si souvent. Toutefois, Eden avait appris de nombreuses choses sur lui et l’avis de ses parents n’avait pas influencé la demoiselle. Un homme qui avait participé a la seconde guerre, un talentueux Maître des Potions. Tant de choses qui devait susciter l’admiration chez bien des gens. Mais la jeune Carlyle n’avait toujours pas compris. Ses yeux restaient fixés sur l’homme qui lui faisait face. Elle n’osait le regarder dans les yeux, prunelles sombres qu’elle avait rencontré une fois et ceci lui avait grandement suffit. Mais une chose l’avait intrigué. Pourquoi n’était-il pas rentré ? Pourquoi restait-il ainsi, comme figé ? Alors c’est timidement que la jeune fille avait relever la tête, avec réticence même craignant un regard des plus froid, ce qui ne fut pas, car l’inconnu semblait plonger dans un quelconque souvenir, si bien que ceci avait fais sourire Eden… sourire qui avait aussi disparu a l’entente des paroles de l’impoli. Elle haussa les épaules en signe de réponse. Qu’il pouvait être désagréable.

    Eden - « Justement, c’est tout le contraire que l’on m’a apprit. Ne pas me laisser faire et ceci quitte a passer pour impoli. D’ailleurs vous l’êtes grandement. Je me suis excuser pour ma maladresse, vous pourriez être moins désagréable… »

    « Fière de ton sang. Droite. Hautaine même » Son père, il lui rabachait ceci tous les jours, voulant faire de la demoiselle une parfaite petite Sang Pur qui aurait été bonne à marier. Mais ce que son père n’avait pas compris c’est qu’elle se fichait éperdument de tout ceci. Ces règles et codes… a quoi bon passer pour ce qu’elle n’était pas ? Être hautaine, c’était parfait pour l’autre fille de Rogue ça. Passer pour la pimbêche de service, faire ma Je-Suis-La-Meilleure. Et Eden n’était pas ainsi, bien différente même. D’ailleurs sa place a Serpentard elle la regrettait, par moment. Mais ce n’était pas tant le problème de la journée. Il y avait un impoli devant elle et mademoiselle lui barrait l’entrée du pub… Ö Merlin, pauvre d’elle. Elle avait osé un tel acte… qu’on la punisse. Eden se perdait encore dans les méandres de la folie.

    S. Rogue - « Qu'est-ce que vous attendez plantée là ? On ne vous a jamais appris à laisser le passage aux anciens ? »
    Eden - « Et Monsieur l’ancien il compte passé sa nuit dehors ? Vous savez quoi. Je vais vous offrir un truc à boire comme ça vous ne pourrez plus me reprocher mes manières. C’est d’accord ? »

    Le ton n’était nullement emplis de reproche ou d’une quelconque hypocrisie comme on aurait pu le pensé et ceci venant d’une Sang Pur. Non, c’était simplement de la politesse et une étrange gentillesse. Amabilité dirons-nous. Car si Eden avait apprit une chose au cours de ces dernières années, c’est qu’il ne fallait pas abandonner sur un échec. Et percuter quelqu’un lui arrivait si rarement qu’il serait amusant de connaître cette personne, même si la dite personne ne semblait pas être enclin a toute forme de discussion mis a part les sarcasmes. Peu importe, Eden passerait au dessus des remarques de cet homme. Monsieur-Le-Rabajoit.

    Eden - « Vous venez ? Enfin si vous veniez voir quelqu’un je comprendrai. J’ai moi-même mon amie qui m’attend. Mais je crois qu’elle préfère se saouler seule. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Severus T. Rogue
Adults | We Have Life and Succes |
avatar

Nombre de messages : 304
Niveau Scolaire : Maître des Potions. Qui dit mieux ? [arrogant]
Côté Coeur : Sis' [♥] | Lily.... *broken* - What else ? :roll:
Animal de Compagnie : Lupin ? :roll:
Date d'inscription : 16/04/2008

Hogwarts Report's
Votre Maison: Slytherin.
Sort Favoris: Sectumsempra. Envie d'essayer ?
Relationship:

MessageSujet: Re: Quand la Betise n'a de limites... [M'sieur le Prince]   Sam 19 Avr - 12:10

    Eden - « Je… je voulais retrouver une amie. »

    Evidemment... Mais pourquoi avait-elle répondu à sa question ? Cela restait un mystère. Généralement les gens se taisaient en s'enfonçant dans leur gêne et personne ne se souciait de donner une réponse correcte. Agacement qu'il ressentait face à cela. Apparement il était tombée sur une jeune femme à la fois aveugle ET bavarde. Son jour de chance, assurément.
    Elle marquait un point. Mais il ne reconnaitrait pas qu'elle avait raison. Il ne manquerait plus que cela. Pour lui, elle n'avait pas à le renverser, et ça s'arrêtait là. Après, le fait qu'il lui hurle dessus ne comptait que comme une anecdote. Quoique une anecdote intéressante. Spencer. Il avait relevé un sourcil face à la comparaison. Spencer ? Son Spencer ? Son fils ?

    - Oh et bien sur, je devrais m'excuser de me comporter comme une de vos connaissances également ? N'y comptez pas.

    C'était décidé. Cette gamine était une parfaite enquiquineuse sans cervelle. Il avait beau avoir revu ses idées sur l'ensemble de personnes marchant sans aide de moins de 20 ans mais tout de même. Il trouvait cette imbécile particulièrement puérile. Et pire que tout, à la langue bien pendue. Lui qui détestait parler avec des inconnus comme ça, il était servi. Il ne lui avait pas révélé son identité. Il finirait probablement par le faire, au moment qu'il jugerait opportun. Après tout traiter ainsi Spencer d'arrogant devant lui était assez osé, et elle ne l'avait pas reconnu. Etonnant. A croire que la Gazette ne parlait pas suffisament de lui.

    Mais tout cela, il le pensait avant de croiser son regard. Il était resté stupide. Sa mémoire lui jouant ainsi un mauvais tour. Mais elle lui ressemblait tellement... Il n'avait pu quitter cette vision, il n'avait pas eut la force de quitter ce rêve, éveillé certes. Et elle lui avait sourit. Transpercé. Il n'était qu'un gamin devant elle. Ce sourire... il ne l'avait vu que l'espace d'une seconde et pourtant, Merlin ce qu'il avait aimé ce sourire. Il ne savait pas pourquoi elle l'avait fait, mais il s'en moquait. Ce n'était pas Lily, il le savait, et pourtant, son coeur se réchauffa face à cette simple vision. Jusqu'à ce qu'elle reprenne la parole et vienne briser cette magie, laissant place à l'être acariâtre qu'il était. Simple reniflement dédaigneux vis-à-vis de sa remarque sur la politesse. Elle pouvait toujours espérer des excuses de sa part, elle les attendrait longtemps. Il n'avait pas la moindre envie de s'excuser et même, si jamais il voulait le faire, ce serait de manière détournée. Fierté qui était toujours là. << Ne pas me laisser faire et ceci quitte a passer pour impoli. >> Il pensait exactement la même chose. Depuis longtemps il ne se laissait plus faire, et depuis longtemps il n'avait que faire des règles de politesse élémentaires. Conséquence de son adolescence bousculée par les Maraudeurs. C'est ainsi qu'il s'était affirmé, qu'importe que cela ne plaise au monde et qu'il repousse toutes les personnes tentant de l'approcher de cette manière. Cela lui évitait les déceptions.

    Eden - « Et Monsieur l’ancien il compte passé sa nuit dehors ? Vous savez quoi. Je vais vous offrir un truc à boire comme ça vous ne pourrez plus me reprocher mes manières. C’est d’accord ? »

    Il avait plissé les yeux, prêt à lui répondre par la remarque la plus tranchante possible mais... Elle lui coupa l'herbe sous le pied, le laissant sans voix. Attitude qu'il masqua au mieux. Plus jamais il n'utiliserait l'expression "un ancien". Assurément ça ne lui allait pas. Il n'y avait qu'à demander à sa femme... Enfin, ça c'était un bien autre sujet, et assurément pas le genre de choses auxquelles il devait penser à présent. Surtout pas en réalité. Cela ne ferait déjà qu'empirer le mélange de gêne, de curiosité et de peur qu'il ressentait. Elle venait de l'inviter à boire un verre en sa compagnie. Merlin. Pourquoi avait-elle fait ça ? Il lui hurlait dessus depuis qu'elle lui était rentré dedans et elle l'invitait à boire en retour. Il ne comprenait pas. Quelle idée avait-elle eut là ? Il était tellement concentré à peser le pour et le contre qu'elle s'impatienta. Pour un peu, il passerait pour un indécis.

    Il fit un geste de la main pour lui faire cesser ses paroles et plongeant son regard dans le sien il ne prononça qu'un seul mot.

    - Serpentard ?!

    Ce n'était pas un titre de boisson non. Au contraire. Il la questionnait bien sur sa maison. Il la jaugea de haut en bas, elle était bien jeune pour vouloir se saouler... en sa compagnie. Oui, cette gamine était assurément à Poudlard. Et elle l'invitait à boire un verre. De nouveau il l'empêcha de parler d'une geste de la main. Pour tenter de le calmer en l'invitant ainsi elle était forcément dans sa maison à lui. Différence avec Lily qu'il fut heureux de découvrir. Peut-être cesserait-il de les assimiler ?

    - Je vous suis. A vos risques et périls.

    Il lui avait alors ouvert la porte des Trois Balais, s'engouffrant à sa suite dans un établissement qu'il n'avait déjà que trop fréquenté. Il fut étonné de voir qu'il n'y avait pas d'élèves ici. Ou si, une seule, accoudée au comptoir, entretenant une conversation animée avec le barman. Il se souvenait. La gamine lui avait dit qu'elle avait une amie à l'intérieur. Bien. Au moins, il n'alimenterait pas les rumeurs de l'école pendant les mois à venir en acceptant de partager la table de cette... enfant. Au pire il lancerait un sort d'amnésie à ces deux-là qui de toute évidence n'avaient rien à faire en-dehors de l'école. Il y avait quelques sorciers, qu'il ne connaissait pas, heureusement, mais sa table était libre. Une table tout au fond de la salle, à-demi caché du reste de l'endroit. Le lieu parfait pour être tranquille. Il craignait la réaction de celle qui l'intriguait tant, mais tant pis, il lui montra de la tête la table tandis qu'elle le questionnait du regard, et s'en alla à sa suite, après être passé prendre une bièreaubeurre, pour elle, et un whisky-pur-feu, pour lui. Mauvaise idée peut-être que de prendre ainsi de l'alcool mais tant pis. Peut-être que ça l'aiderait. Et enfin, il l'avait rejoint à sa table, lui tendant sa bouteille, avant de s'asseoir en face d'elle.

    - Juste une chose. Quelle idée a pu vous traverser l'esprit pour inviter Severus Rogue à boire un verre ? Nombreux sont ceux qui vous le déconseilleraient. Et ils auraient raison....

    Il goutta à son verre, attendant son effet. Ainsi, il avait fini par se dévoiler. Il avait pris l'habitude de juger les gens par rapport à leur réaction envers lui quand ils le reconnaissaient. Celle-ci détestait Spencer apparement, son fils de toute évidence puisqu'elle était chez les Serpents, et ne l'avait pas reconnu au premier regard. Sans parler de cette invitation totalement... inopportune. Oui, décidemment, cette gamine l'intriguait. Et de trop.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://entre-bien-et-mal.forumsactifs.net/index.htm
Eden Carlyle
Serpentard | Cunning and Hypocritical
Serpentard |  Cunning and Hypocritical
avatar

Nombre de messages : 44
Niveau Scolaire : 5ème année
Côté Coeur : Nobody__#
Animal de Compagnie : Un chat, Pandore
Date d'inscription : 13/04/2008

Hogwarts Report's
Votre Maison: Serpentard
Sort Favoris:
Relationship:

MessageSujet: Re: Quand la Betise n'a de limites... [M'sieur le Prince]   Sam 19 Avr - 14:42


    S. Rogue - « Serpentard ?! »

    La question l’avait intrigué, si bien que la demoiselle avait froncé les sourcils en signe d’incompréhension. En quoi sa maison était-elle importante alors qu’elle venait de lui demander si il voulait venir boire un verre avec elle ? Et oui elle était de Serpentard, chez les Vipères et ceci parce que Monsieur le Vieux Bout de Tissus n’avait pas été capable de la mettre ailleurs. Quoiqu’il en soit, Eden s’apprêta a répondre que oui elle était bel et bien une Serpentard quand l’homme la stoppa avec un geste nonchalant de la main. Geste qu’elle détesta. Qu’on l’empêche de parler, toutefois elle avait respecté ceci, laissant simplement un mince sourire s’afficher suite aux paroles prononcées. Il acceptait.

    Eden « Oh… vous ne savez pas non plus ce que vous risquez. »

    A nouveau un sourire et un ton amusé.
    Accepter une telle demande de la part de l’héritière des Carlyle était bien une folie.
    Mais ceci, l’Ancien ne l’avait apparemment pas compris, ce qui avait réjouit Eden.

    La Vert et Argent était alors entrée dans le pub, son regard se posant sur chacun des Sorciers présent. Personne qu’elle ne connaissait et apparemment personne qui ne connaissait ses parents. Car si quelqu’un venait a rapporter que mademoiselle Carlyle osait fréquenter un Traître… elle ne donnait pas cher de sa petite tranquillité. Son regard s’était pendant quelques secondes accroché sur son amie… Rose et son coté d’alcoolique. Eden avait fais un pas vers elle mais voyant que l’homme en noir était apparemment décidé pour aller s’installer tout au fond du pub, elle l’avait suivi sans même prévenir son amie qu’elle était là. Car Eden savait pertinemment que Rose ne rentrerait pas seule, du moins qu’elle n’en serait pas capable. Dix sept ans et déjà dépravée. Elle avait secoué la tête de droite à gauche, chassant cette image qui s’imposait dans son esprit. Eden avait alors attrapé la bierreaubeurre que lui avait tendu l’inconnu avant de simplement le remercier.

    S. Rogue « Juste une chose. Quelle idée a pu vous traverser l'esprit pour inviter Severus Rogue à boire un verre ? Nombreux sont ceux qui vous le déconseilleraient. Et ils auraient raison.... »

    La jeune fille avait blêmit l’espace d’un instant et ceci face aux paroles de l’homme qui se trouvait assit en face d’elle. Rogue, l’ancien Mangemort que ses parents méprisent tant. Comment avait-elle fait pour ne pas le reconnaître ? Le visage de cet homme n’était pourtant pas inconnu, loin de là. N’importe qui aurait pu poser un nom sur lui mais pas Eden, pas au premier regard. Puis, jamais elle n’avait vu de photo ou autre de cet homme, juste entendue des paroles, des descriptions hâtives et là… elle se retrouvait devant quelqu’un qui méritait la plus grande admiration. Mais ce ne fut pas avec des yeux de merlans frit qu’elle accueillit cette nouvelle. Eden ne vouait pas un culte ou une haine profonde envers cet homme. Neutralité. Car après tout, il était aussi le père de Spencer, son ami et ceci l’avait fais légèrement sourire. Quand elle raconterait ça a l’autre Serpent… la miss imaginait déjà la réaction de son ami. La stupéfaction pure et simple voir la colère. Après tout, elle ne savait a quoi s’attendre avec Spencer. Un minute tout noir et l’autre tout blanc. Alors elle entreprit seulement de répondre a la question posée et ceci après quelques minutes de réflexions, ce qui en somme était assez extraordinaire chez Eden… moulin à parole qu’elle était, une minute de silence ne pouvait être qu’une bénédiction

    Eden - « Ce n’est pas Severus Rogue que j’ai invité mais la personne que j’ai bousculé. Qu’importe celui que vous êtes et surtout ce qu’on raconte sur vous. Car si ce sont mes parents que j’écoutais, je devrais vous hair mais on ne peut pas détester ce qu’on ne connaît pas. Alors je veux me faire un avis… »

    Et il est vrai que beaucoup auraient fui en apprenant qu’ils avaient bousculé Rogue. D’ailleurs, personne ne l’aurait invité de la sorte… personne sauf Eden qui n’arrivait a juger grâce a l’avis des autres, surtout des gens comme ses parents. Et certes elle aurait pu se faire une idée avec Spencer mais celui-ci ne lui parlait que trop rarement de sa famille, alors… là était l’occasion rêvée. Quoique rêvée, c’était peut-etre parler un peu trop vite. Qu’importe. Mademoiselle était intriguée par l’homme qui lui faisait face et tant que sa curiosité ne serait pas apaisée, elle parlerait. Gosse incapable de faire place au silence.

    Eden « Alors ravie de vous rencontré parce que Spencer m’a déjà parler de vous. Oh en bien, rassurez-vous mais je trouve ceci assez… intéressent. »
    La demoiselle s’était alors tue quelque secondes. « Moi c’est Eden… Carlyle et si vous pouviez oublier ce nom ça m’arrangerai. Parce qu’il est peut-être un peu trop connu, enfin je veux dire… que peu de personnes l’aiment ce nom… »

    Il était bien rare que la jeune fille mentionne son nom, allant même parfois jusqu’à en inventer un. Et ce n’était pas tant la honte la principale raison, disons qu’elle n’appréciait pas que les gens se fassent un avis sur elle et ceci simplement parce qu’elle était une Carlyle. Eden, elle n’était qu’Eden et rien d’autre. La miss bu alors une gorgée avant de reposé ses yeux émeraudes sur Rogue.

    Eden - « Je suis étonnée que vous ayez accepté ma demande. Car je pense que vous n’avez probablement pas de temps à perdre avec des gamines. Ah… et pour répondre a votre question de tout a l’heure, je suis effectivement a Serpentard, la… fierté de la famille. » La voix s’était alors faite plus basse en mentionnant son statut auprès de ses parents.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Severus T. Rogue
Adults | We Have Life and Succes |
avatar

Nombre de messages : 304
Niveau Scolaire : Maître des Potions. Qui dit mieux ? [arrogant]
Côté Coeur : Sis' [♥] | Lily.... *broken* - What else ? :roll:
Animal de Compagnie : Lupin ? :roll:
Date d'inscription : 16/04/2008

Hogwarts Report's
Votre Maison: Slytherin.
Sort Favoris: Sectumsempra. Envie d'essayer ?
Relationship:

MessageSujet: Re: Quand la Betise n'a de limites... [M'sieur le Prince]   Sam 19 Avr - 20:13


    Eden « Oh… vous ne savez pas non plus ce que vous risquez. »

    Il avait relevé un sourcil face à cette remarque. Que pourrait-il donc risquer en compagnie d'une gamine ? Rien. Assurément. Enfin lui, il voyait bel et bien un risque... mais elle ne pouvait pas penser à celui-là. D'autant plus si elle ne l'avait pas reconnu. Et puis, elle ne semblait pas avoir remarqué l'émoi provoqué chez lui. Alors non, il ne risquait strictement rien, pas même si elle était héritière d'une riche famille de sang pûr ayant servi son Maître également. Lui n'avait rien à craindre de ce genre de fréquentation. Plus aujourd'hui du moins.

    La Vert et Argent aurait probablement préféré aller rejoindre son ami au comptoir, mais lui n'avait pas voulu. Quitte à perdre la face, autant que ce ne soit qu'en face d'une seule et unique personne. Il avait légèrement hoché la tête, repoussant ses remerciements de circonstance. Elle ne les pensait probablement pas, et il n'en voulait pas. Elle l'avait invité, il était allé chercher les bouteilles. Quoi de plus normal à cela ?

    L'effet de ses paroles ne s'était pas fait attendre. La peau déjà porcelaine de la jeune femme était devenue cadavérique, avant de reprendre des couleurs. Néanmoins, il fut supris de sa réaction. Pas de peur, de crainte. Pas de "Oh, c'est un héros ! Viiiiiiiiiite un autographe !!!!" ou autre stupidité du même genre. Simple silence qui s'était installé entre eux. Silence qu'il apprécia, son regard n'ayant pas quitté le sien. Quelles étaient donc ses pensées ? Il aurait pu les lire aisément. Mais il ne l'avait pas fait. Il ne savait à quoi s'attendre de la part de cette jeune fille et simplement par sa ressemblance physique, il cherchait à en savoir plus. Curiosité qui n'aurait jamais été là en temps normal. Mais avait-il affaire à une sosie de Lily en temps normal ? Non. Et si elle lui ressemblait plus que physiquement ? Espoir puéril que voilà. Il avait accepté ce verre, à ses risques et périls. Au risque de perdre la tête certainement.

    Eden - « Ce n’est pas Severus Rogue que j’ai invité mais la personne que j’ai bousculé. Qu’importe celui que vous êtes et surtout ce qu’on raconte sur vous. Car si ce sont mes parents que j’écoutais, je devrais vous hair mais on ne peut pas détester ce qu’on ne connaît pas. Alors je veux me faire un avis… »

    Calme, apaisement soudain face à ces paroles. Elle ne le jugeait pas. Pas encore du moins. Pas tant qu'elle ne l'avait pas percé à jour. Une chose si rare aujourd'hui. Une qualité qu'il n'avait pas. Une qualité que Lily avait, elle. Ainsi, il voulait croire qu'elle aussi était curieuse de lui, pour bien d'autres raison. Elle lui avait dit connaître Spencer, là devait en être la cause. Ses enfants ne le connaissait pas si bien que cela, il ne s'ouvrait pas à eux. Sentiments qu'il laissait caché pour les protéger. Il n'avait même pas à parler. Elle faisait la conversation, et, fait rarrissime, il se plaisait à l'écouter parler. Confirmation de ses hypothèses. C'était bien à cause de son fils que la curiosité de la très belle élève avait été piquée au vif. Quoique elle l'avait invité avant de savoir cela. Situation bien trouble et pourtant, même s'il ne savait comment agir, ni quoi penser, il était là, assis à sa table, attentif à ses paroles, ne l'interrompant pas. Avait-elle seulement conscience que cela faisait d'elle une exception ? Il y avait peu de chances. Il l'écoutait, simplement, sans prendre la peine d'exprimer un quelconque sentiment, appui ou réfutation face à ses paroles. Impassible, le Prince écoutait.

    Elle s'appelait Eden Carlyle. Eden... le Paradis. Le jardin d'Eden... là où tout avait commencé. Prénom doux à l'oreille. A la signification plus intéressante également. Prénom qu'il n'oublierait pas, sans pour autant cesser de l'assimiler à Lily. Ce n'était qu'un prénom. Et si... et si ces deux-là se ressemblaient réellement ? Il ne savait ce qu'il se passerait. Quant à son nom.. Carlyle. Grande famille de sang-pûrs. Mangemorts qu'il avait bien connu. Une telle enfant était donc le fruit du mal incarné. Comment cela était possible ? Mais cela expliquait sa présence à Serpentard. Ombre d'un sourire qu'il afficha. Peu de personnes l'aimaient en effet. A peu près autant que le nom de Malefoy en réalité. Il comprenait qu'elle n'aime pas ce nom. D'ailleurs, si Sissylia l'aurait laissé faire, il aurait donné à ses enfants le nom de leur mère. Porter le nom de Rogue était à présent un bien trop lourd fardeau. Grâce à lui.

    Il secoua légèrement la tête. A vrai dire, il n'avait pas de temps à perdre avec une enfant en effet. Mais... il ne pouvait pas lui dire qu'il avait l'impression de voir revivre celle qui aurait du être la femme de sa vie. Ce n'était pas le genre de chose à dire. D'autant plus qu'elle avait déjà l'air d'avoir du mal à accepter son statut de Serpent. Chose dont lui avait été fier... jusqu'à ce que ça le mène à sa perte.

    - Il y a certainement des limites à l'impolitesse.

    Etait-ce des excuses très masquées ? Possible. A elle de les interpréter comme elle le voulait. Peut-être que l'amabilité de la jeune fille lui faisait prendre conscience, seconde après seconde, de la stupidité de son attitude quand elle l'avait bousculé. Peut-être...

    - Le choixpeau ne choisit pas uniquement à cause de votre famille. Puisque vous... connaissez Spencer, vous devez savoir que sa jumelle est chez les lions. Chaque maison a ses qualités.

    Natassia chez les lions. Il avait faillit s'étrangler en l'apprenant et il avait mis un bon mois avant d'accepter de signer le message de félicitations de sa femme. Traîtrise qu'il avait ressentit. Mais le choixpeau avait ses raisons. Lily était une lionne, et la meilleure d'entre toutes probablement. Et lui... il avait fait le pire des serpentards.

    - On ne renie pas un enfant à cause d'une maison et si, comme vous semblez le dire, vous ne tenez pas particulièrement à faire honneur à votre famille et à gagner votre ticket pour Azkaban, c'est tout à votre honneur. Soyez vous-même et non pas ce que les autres veulent faire de vous.

    Regard intense qu'il avait plongé dans celui d'Eden. Pourquoi était-il ainsi ? A donner des conseils, à théoriser sur la vie. A être... comme... comme avec Lily. Son masque avait glissé et il tentait tant bien que mal de le cacher dans son verre de whisky. Etrange pouvoir qu'elle avait sur lui. Bénéfique ou maléfique, il n'avait pas tranché encore. Toujours était-il que la situation avait quelque chose d'original, d'inhabituel dans une vie qui respirait la routine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://entre-bien-et-mal.forumsactifs.net/index.htm
Eden Carlyle
Serpentard | Cunning and Hypocritical
Serpentard |  Cunning and Hypocritical
avatar

Nombre de messages : 44
Niveau Scolaire : 5ème année
Côté Coeur : Nobody__#
Animal de Compagnie : Un chat, Pandore
Date d'inscription : 13/04/2008

Hogwarts Report's
Votre Maison: Serpentard
Sort Favoris:
Relationship:

MessageSujet: Re: Quand la Betise n'a de limites... [M'sieur le Prince]   Dim 20 Avr - 22:58

    Eden - « Qualités… alors il faudra m’expliquer celles des Serpentards. » La miss avait aussitôt refermer la bouche avant de se plaquer la main dessus. L’homme avec qui elle parlait était un ancien Directeur de cette maison et là, Eden venait d’attaquer les Vipères directement. Gaffe, et ce n’était que la première. « Pardon, je… enfin, je ne voulais pas aussi mal juger Serpentard. C‘est que… je me demande pourquoi je suis là et pas ailleurs. Car mes frères et sœurs ont tous atterris dans les trois autres maisons, alors pourquoi ? C‘est étonnant. Oh, puis je parle beaucoup, pardonnez-moi, je ne vous laisse même pas la parole. »

    Eden était confuse. Elle parlait, déblatérait sa vie a un inconnu et ceci sans même lui laisser le temps de parler, voir simplement de commenter et ceci était des plus impolis, elle le savait et étant assez respectueuse des autres… elle avait posé ses mains de chaque coté de la boisson emmenée par Rogue pour finalement en boire plus d’un tiers. Écoutant alors avec attention les paroles de celui-ci. Elle était réellement intrigué par celui-ci. Il lui disait de ne pas prendre en compte ses parents, d’être ce qu’elle voulait être… alors un sourire était venu illuminer le visage de la jeune fille. Eden avait abaissé ses yeux pendant quelques secondes en sentant celui de l’homme sur elle… cette sensation d’être observé lui était assez désagréable. Toutefois elle releva son regard assez rapidement pour le plonger dans les yeux noirs qu’elle craignait quelque peu.

    Eden - « Et vous voyez… je n’avais rien a craindre de vous. Enfin, j’espère que ce n’est pas qu’une impression. »

    Certes pour le moment il n’avait prononcé aucune parole qui aurait pu la choquer ou la mettre mal à l’aise mais Eden restait tout de mme sur ses gardes. Car a défaut d’avoir un ’’héros’’ de la seconde guerre, elle avait aussi un Mangemort en face d’elle, si bien que la crainte était tout de même le sentiment dominant, même si elle savait pertinemment qu’elle n’avait pas grand-chose a craindre de lui. Mis a pars peut-etre qu’il lui balance son verrez dans la figure pour la faire taire, mais ceci elle y était habituée… alors une fois de plus ou de moins. Enfin, elle espérait que cette conversation ne finisse pas ainsi. Puis ne connaissant pas cet homme, il valait mieux rester sur ses gardes sauf que cette qualité était exclue de la personne qu’était Eden. Ne pas se soucier des risques. Et non, elle n’était pas comme les Lions a foncer dans le tas pour avoir ne serais-ce qu’une once de reconnaissance mais disons que chez elle c’était maladif. Faire confiance trop rapidement aux gens… et ceci lui avait causé pas mal d’ennuis mais apparemment pas assez pour qu’elle ose modifier ce petit défaut qui finirait par la perdre.

    Eden « Vous venez souvent ici ? Non parce que avec Rose… celle qui se saoule seule, on vient parfois et je… je ne vous avais encore jamais vu. Enfin, j’aurai du vous reconnaître tout à l’heure. Pardon, je suis un peu tête en l’air puis vous savez, moi et la Gazette… je ne lis pas beaucoup de genre de chose. »

    Comme si Rogue n’avait été cité que dans ce torchon. Elle s’était légèrement mordu la lèvre inférieure devant sa nouvelle gaffe. Reine. Mais Eden n’avait pas cherché a s’excuser, de nouveau. Car cette attitude était pitoyable, et elle ne supportait ce comportement. Se rendre faible. Attiser la pitié, elle n’avait pas besoin de cela. Alors la Verte avait simplement posé son regard sur son verre, l’observant avec un trop grand intérêt pour le simple objet que celui-ci était.

    Eden « Et si vous pouviez ne pas prévenir Poudlard, parce que je crois Serpentard n’est pas encore prêt de gagner la coupe… et je sais on est seulement au début de l’année mais je crois qu’il dois y avoir de l’abus du coté des Bleus. Leur sablier ne descend pas. Enfin, je ne m’inquiète pas pour ce genre de chose, c’est inutile… mais le Directeur de la Maison, il pense le contraire. »

    Elle avait secoué la tête. Cette histoire de coupe des quatre maisons ne l’avait jamais attiré et ceci pour la simple raison qu’Eden avait fais perdre plus de point qu’autre chose et ceci en quatre ans. Elle avait du gagner 50points a tout cassé et encore… La générosité des enseignants aussi… Ça n’avait pas aider
    .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Severus T. Rogue
Adults | We Have Life and Succes |
avatar

Nombre de messages : 304
Niveau Scolaire : Maître des Potions. Qui dit mieux ? [arrogant]
Côté Coeur : Sis' [♥] | Lily.... *broken* - What else ? :roll:
Animal de Compagnie : Lupin ? :roll:
Date d'inscription : 16/04/2008

Hogwarts Report's
Votre Maison: Slytherin.
Sort Favoris: Sectumsempra. Envie d'essayer ?
Relationship:

MessageSujet: Re: Quand la Betise n'a de limites... [M'sieur le Prince]   Mar 22 Avr - 20:23

    Eden - « Qualités… alors il faudra m’expliquer celles des Serpentards. »

    Si un sourire était sur son visage, ou du moins l'ombre d'un sourire, c'est un visage totalement fermé qu'il affichait à présent. Ainsi les serpentards n'avaient aucune qualité. Il avait légèrement oublié qu'elle était également une Vert et Argent. Il la voyait comme une lionne et évidemment... ne supportait pas les insultes à ce qu'il considérait toujours comme Sa maison. Qualités des Serpentards. Elles étaient nombreuses. A l'image de leurs défauts. De très grandes qualités pour les pires des défauts. Mais il était fier de sa maison. Très fier. Trop probablement. Et elle le savait pertinemment. L'avait-elle attaqué dans le but de le provoquer ? Il ne savait pas encore. Mais elle venait de chuter dans son appréciation. Et voilà, maintenant elle s'excusait. Il n'avait pas eut à dire un seul mot. Seul un visage fermé accompagné de ce regard meurtrier avait suffit à la faire changer d'avis. Gamine.

    - Parce que vous avez certainement les défauts des Serpents à défaut d'en avoir les... qualités.

    Provocation dans ses paroles. Elle lui avait demandé pardon mais lui ne l'avait toujours pas digéré. Il se moquait du fait qu'elle fasse seule la conversation. Il n'était pas du genre à parler, aussi, ça lui convenait tout à fait. Par contre, qu'elle l'insulte ainsi, ça il ne pouvait le tolérer. Vaste masquerade que cette invitation. A la réflexion, il n'aurait vraiment pas du accepter. Il descendit son verre d'un trait, espérant se calmer ainsi, et fit signe au serveur de lui amener une bouteille plutôt. Il risquait d'en avoir besoin pour ne pas étrangler la gamine qui lui faisait face. D'autant plus que ces remarques anti-serpentard lui rappelait une autre rouquine....

    Rien à craindre. Il se renferma un peu plus, lui envoyant à nouveau un regard noir. Vieux réflexe. Il ne savait pourquoi, mais il n'avait jamais aimé que les gens déclarent ne pas le craindre. Peut-être était-ce lié à son passé... Certainement. Se faire craindre avait été le seul moyen de se faire respecter des imbéciles de Poudlard, des mangemorts, et, plus largement, de l'ensemble de la communauté magique. Et depuis que le monde avait découvert son véritable camp, certains ne le craignaient plus en effet. Et à chaque fois, il avait des pulsions meurtrières pour cela. Pour lui, crainte signifiait respect. Stupide certainement, mais c'était ainsi. Et ce n'était pas prêt de changer.

    Eden « Vous venez souvent ici ? Non parce que avec Rose… celle qui se saoule seule, on vient parfois et je… je ne vous avais encore jamais vu. Enfin, j’aurai du vous reconnaître tout à l’heure. Pardon, je suis un peu tête en l’air puis vous savez, moi et la Gazette… je ne lis pas beaucoup de genre de chose. »

    De mieux en mieux. Soit elle lui parlait comme elle le ferait à un pilier de comptoir, soit comme à un imbécile qu'elle tenterait de ... draguer. Il ne savait laquelle des deux options l'horripilait le plus. La Gazette. Evidemment. Severus Rogue avait une vie uniquement parce que la Gazette s'amusait de temps à autre à distiller sa vie à ses lecteurs en quête d'aventure. Fantastique. Sa vie comme moyen de distraction. Une pendaison les amuserait tout autant assurément.

    - Vous avez donc raté un récit précis et détaillé de ma vie que... Potter s'est plus à faire c'est cela ? Oh. Si vous aviez lu ce torchon vous sauriez que j'ai bien des raisons de venir dans un tel lieu. Et... je pense que je n'y reviendrais plus.

    Vexé. Gamin probablement. Mais venir ici avait véritablement été une très mauvaise idée. D'une il avait rencontré cette gamine qui était, non seulement le sosie de Lily physiquement, mais qui, en plus, avait tendance à l'attaquer exactement de la même façon que celle qu'il avait perdu. Réflexe d'auto-défense que de la rejeter ainsi. Il n'était pas venu pour se faire une amie. Encore moins pour se confier. Il était venu... Il ne savait pas exactement. Pour oublier. Pour sortir de cette routine qu'il vivait dans sa boutique. Dans l'espoir que ses, nombreux, souvenirs à Poudlard lui donnerait des idées pour relancer sa vie qu'il trouvait, en ce moment, bien médiocre. Fait d'autant plus insupportable que la moitié de ses clients demandaient à parler au "héros" dans l'espoir de pouvoir baver sur sa robe quelques secondes. Il avait bien des raisons de boire. D'ailleurs, son verre venait d'être vidé à nouveau.

    - Serpentard perdant. Il y a quelques années cela ne serait jamais arrivé. Mais c'est certain que s'ils sont tous comme vous, à lancer insulte sur insulte à leur interlocuteur, cela n'a rien d'étonnant. Je vais finir par croire que seuls mes gamins connaissent le sens du mot respect.

    Il ne pouvait plus rester à cette table, plus avec elle. Il s'énervait de plus en plus. Machoire serrée, des yeux lançant des éclairs. Il n'avait fallut que quelques paroles de la part de la gamine pour réveiller une vieille, très vieille colère. Il s'était levé brutalement, attrapant quelques pièces dans sa poche et les lançant sur la table.

    - Tenez. Saoulez-vous autant que vous le voulez. Mais ce sera sans moi.

    Il attrapa sa bouteille d'un geste rageur et alla s'installer à la table d'à-côté, tournant le dos à la gamine, le regard rivé sur la rue. Il détestait cette gosse. Il détestait ce pub. Il détestait cette rue. Il détestait ce village et l'école qui en était si proche. Il détestait sa vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://entre-bien-et-mal.forumsactifs.net/index.htm
Eden Carlyle
Serpentard | Cunning and Hypocritical
Serpentard |  Cunning and Hypocritical
avatar

Nombre de messages : 44
Niveau Scolaire : 5ème année
Côté Coeur : Nobody__#
Animal de Compagnie : Un chat, Pandore
Date d'inscription : 13/04/2008

Hogwarts Report's
Votre Maison: Serpentard
Sort Favoris:
Relationship:

MessageSujet: Re: Quand la Betise n'a de limites... [M'sieur le Prince]   Mar 22 Avr - 21:41

[ Paix à mon âme.
* Entend la marche mortuaire xD *]

    « Serpentard perdant. Il y a quelques années cela ne serait jamais arrivé. » Pardon, il disait quoi, là ? Monsieur-Je-n’Ai-Pas-Ete-Foutu-De-Gagner-La-Coupe-En-Présence-De-Potter… Car Eden savait, après tout, qui n’avait eu pas connaissance de l’étrange réussite de Gryffondor pendant ses sept années où un certain Potter avait étudié à Poudlard ? Devançant ainsi la maison des Vipères qui autrefois dominait… autrefois. Et les paroles qui suivirent furent encore plsu désespérantes d’ailleurs la Verte et Argent poussa un soupir d’agacement. « Je vais finir par croire que seuls mes gamins connaissent le sens du mot respect. » Ba voyons. Il était à Poudlard ? Il voyait ses enfants agir ? Non. Et il est certain qu’une fois chez soit on est comme les parents souhaitent que l’on soit et pas autrement. D’ailleurs, une fois au manoir, les enfants Carlyle sont bien différents de ce qu’ils sont a Poudlard. De parfaits gosses de Sang Purs, adorables gamins vouant un culte aux Purs et méprisant les Impurs. Adorant la Magie Noire… mais ça, ce n’est qu’une image pour tenter de satisfaire Papa-Maman. Alors qu’il ne lui parle pas de respect. Certes Eden lui avait quelque peu avoué des vérités a son sujet mais elle ne l’avait -pas encore- insulter. Car il y aurait eu de la matière pour ce sujet. Niveau insulte, elle n’en aurait pas manquer. Mais lui, Monsieur et ses grands airs pensait donc que son fils Spencer était un modèle. Rire bas… Si il savait Monsieur-La-Vipère, (ancienne plus exactement, il l’avait précisé lui-même), et bien il s’étranglerait avec sa jolie cape noire.

    Eden - « Serpentard a perdu la coupe de nombreuses années durant… et cette maison n’est pas prête de la regagner. Qu’importe. Qui se soucie d’une misérable coupe ? Vous peut-etre ? Oui certainement… en ayant été Directeur de cette maison… »

    Elle montrait enfin son coté haïssable petite Vipère a la langue bien acérée.

    Eden - « Mais rassurez-vous, je n’ai plus que deux ans a faire… deux avant que la noble et prestigieuse maison de Salazar puisse regagner sa place dite… noble. »


    Et voila, BANG. Elle se tirait elle-même sa propre balle. Se retournait le canon. Qu’importe, on meurt tous un jour et Eden y avait échappé tant de fois que… * Madame Chance s’il vous plais ? * Et Merlin l’avait probablement entendu a défaut de celle qu’Eden avait invoqué. Car il aurait fallu être aveugle pour ne pas remarquer tous les changement sur le visage de l’ancien Mangemort. En particulier les yeux. Elle se serait terrer sous terre si elle n’était pas habituée a ce genre de regard. * Merci Papa * Toutefois, Eden se devait d’avouer que si il continuait a la fixer ainsi, c’est sous la table qu’elle se réfugierait. Car les Avada a la place des yeux… il y avait de quoi effrayer une pauvre Vipère de quinze ans. Et le couperet avait fini par s’abattre.

    Severus - « Tenez. Saoulez-vous autant que vous le voulez. Mais ce sera sans moi. »

    Si Eden n’était pas aussi suicidaire, jamais elle ne se serait permise un sourire aussi arrogant -ce qui chez elle était assez rare- mais la Verte et Argent était connue pour ce coté disons masochiste. A savoir que les risques, elle ne les craignaient pas, surtout si ils étaient a prendre face a une personne. Et ce n’était pas un espion, ancien Mangemort et puissant Sorcier qui l’empêcherait de faire ses petits commentaires et surtout de boire sa bierreaubeurre en face de lui. D’ailleurs, le fait qu’il ai quitté la table l’avait dérangé, au plus haut point. Et le regard émeraude s’était braqué sur le lâche qui s’était installé quelques tables plus loin. Eden n’avait réfléchit plus longtemps, elle s’était levée. Et une personne censée se serait dirigée vers la sortie pour fuir cet homme des plus acariâtres. D’ailleurs,s qui aurait accepté de prendre un verre avec lui ? Le détesté -enfin si l’on ne prenait pas en compte les hypocrites- Severus Rogue… peu de personnes. Mais Eden faisait partie de ce petit lots de suicidaires. Et c’est pourquoi elle s’était avancé vers la table de l’homme en soir, un air agacé sur le visage, bien différent de celui gamin voir confus de tout a l’heure. Elle aurait parfaitement pu lui cracher ses quatre vérités au visage, comme elle sait si bien le faire mais non. La demoiselle avait pris la chaise d’a coté pour se posé. Et son visage, contrairement a celui de son interlocuteur demeura impassible, seuls ses yeux trahissaient une lueur jusque là invisible… le défi. Elle jouait avec les nerfs de Rogue… jeu dangereux qui la mènerait tout droit dans sa tombe. Qu’importe, elle aura eu la prétention de l’avoir défié a son propre jeu.

    Eden - « Me saouler est une merveilleuse perspective mais voyez… c’est vous qui allez finir ivre si vous continuez a ce rythme. Deux bouteilles, et bientôt la troisième. »

    La Serpentard avait posé sa main sur la bouteille trônant sur la table pour la soulever et ainsi constater le peu d’alcool restant dedans. L’idée de la finir étant assez tentante et c’est pour quoi elle l’avait aussitôt reposer. Car l’homme en face d’elle semblait être a deux doigts de l’assommer avec, alors autant se donner quelques secondes de plus à vivre.

    Eden - « Ce n’est pas en accumulant les bouteilles voir en changeant de table que vous vous débarrasserez de moi. Je conçois que ma présence soit désagréable mais vous avez accepté…» Elle fit une légère pause, ses yeux s’étant alors posés sur la bouteille pour laquelle elle porta un étrange.. Intérêt. « Je vais vous éviter l’ivresse… »

    Et sans attendre, ne serait-ce qu’une infime réaction de Rogue, elle avait empoigné la bouteille pour la porter a ses lèvres. Alcool qu’elle n’avait bu qu’a de rares reprises et encore, en cachette avec sa soeur jumelle. Alors là… Eden avait failli s’étouffer. D’ailleurs, ce ne fut qu’une simple gorgée qu’elle vola tellement la sensation dans sa gorge lui fut désagréable. En feu, c’était bel et bien le terme a employé.

    Eden - « … J’vous laisse ce plaisir. C’est trop… violent. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Severus T. Rogue
Adults | We Have Life and Succes |
avatar

Nombre de messages : 304
Niveau Scolaire : Maître des Potions. Qui dit mieux ? [arrogant]
Côté Coeur : Sis' [♥] | Lily.... *broken* - What else ? :roll:
Animal de Compagnie : Lupin ? :roll:
Date d'inscription : 16/04/2008

Hogwarts Report's
Votre Maison: Slytherin.
Sort Favoris: Sectumsempra. Envie d'essayer ?
Relationship:

MessageSujet: Re: Quand la Betise n'a de limites... [M'sieur le Prince]   Mer 23 Avr - 16:29

    Pendant sept ans il avait été la risée de l'école. Sept longues années pendant lesquelles Minerva n'avait de cesse de lui jeter un regard vainqueur, lionne orgueilleuse. Et chaque année il se devait d'applaudir les lions. Fichu Potter. Quoique, ce n'était pas lui la cause de cela. Fichue Granger. Miss-je-sais-tout qui remportait des centaines de points chaque année. L'élève la plus brillante que l'école ai jamais connu. Et évidemment, elle avait atterit chez les Rouge et Or. Mais avant cela, de son arrivée à la tête de la noble maison des Serpents à l'arrivée du fils à Lily, sa maison avait été la plus respectée. Une belle dizaine d'années. Les Serpents n'étaient pas stupides contrairement à ce que beaucoup pensaient. Lui-même avait faillit aller à Serdaigle, il s'en souvenait parfaitement. Travailleur et réfléchit. Mais son ambition et sa ruse avaient surpassé cela. Si seulement il avait fini chez les volatiles en compagnie de Lily... l'Histoire aurait pu être bien différente. Mais on ne pouvait revenir sur le passé.

    Il fit semblant d'ignorer son soupir quand il parla de ses enfants. Il les connaissait mieux qu'elle ne le pensait. Le véritable respect, en-dehors des petites provocations quotidiennes qui les mettaient bien au niveau de leur père, ces petites provocations pouvaient toujours être arrêtées à temps. Un regard noir de sa part et ils comprenaient la limite à ne pas franchir. Il les aimait, mais cela ne l'avait pas empêché de les élever de façon particulièrement stricte, sévère même. Parfois Sissylia lui reprochait sa froideur, mais il n'en avait que faire. Pour lui, il avait été un bon père. Sa plus grande crainte n'avait jamais eut lieu. Il n'avait jamais levé la main sur ses enfants, et cela suffisait à le satisfaire déjà. Il avait réussit à ne pas imiter son père et il avait été terrorisé à l'idée d'être comme lui pendant bien des années. Ce n'est qu'une fois qu'ils furent tous à Poudlard sans avoir été blessés par lui qu'il put respirer. Bien évidemment, là étaient des éléments qu'il n'apporterait pas à son interlocutrice.

    - Les Verts et Argents sont ceux qui ont le plus de mérite à gagner la coupe ! Contrairement à ces lions et autres volatiles qui ne la gagnent que grâce aux faveurs de leurs enseignants qui sont presque tous passés par là. Des imbéciles dans votre genre n'ont rien à faire à Serpentard. Ce sera une vraie chance pour cette maison quand vous partirez. Au moins ils ne perdront pas de points à cause de la diarhée verbale d'une des leurs.

    Veine dans laquelle battait le sang sur sa tempe. Oui, il s'était énervé, il avait laissé sa colère contre elle éclater. Il lui avait d'ailleurs postillonné dessus au passage mais il n'en avait que faire. Il tremblait de rage. De quel droit osait-elle le provoquer ainsi ? De quel droit osait-elle l'insulter ainsi ? Il avait précipitemment quitté la table. Il n'avait pas besoin d'une telle compagnie. Pas besoin qu'on lui rappelle tout ce qu'il avait pu entendre envers les vipères en tant qu'élèves ou même en tant qu'enseignant. Haïs, méprisés. La plupart des enseignants leur donnait des points à reculons, heureux de pouvoir les mépriser dans leur défaite à la fin de l'année. C'était une véritable guerre, chaque jour, pour gagner quelques points, et ce, en dépit des duels engagés pour redorer sa fierté et des insultes lancées à tous. Les serpents étaient généralement odieux avec les autres maison, mais leur laissait-on vraiment le choix ?

    En s'asseyant, il avait descendu la moitié de sa bouteille. Brûlure rassurante dans sa gorge. Peut-être que cela finirait par le calmer. L'arrogance de la jeune vipère le mettait hors-de-lui. Il avait daigné se joindre à elle pour un verre et elle l'insultait en retour. Il aurait mieux fait de l'étrangler tant qu'il en était encore temps et que personne ne pouvait le voir. Mieux fait de ne pas lui réveler son identité. Mieux fait de ne jamais mettre les pieds ici. La chaise d'à-côté de lui grinça, un regard de côté l'informa que la jeune impertinente avait décidé de lui plomber sa soirée jusqu'à la dernière minute. Il la haïssait. Et cet air de défi qu'il avait pu voir... A quoi croyait-elle qu'elle jouait ? Mieux valait ne pas le défier. Malgré les années, il était toujours très tenté de répondre aux provocations et cela pouvait avoir des conséquences... désastreuses. D'ailleurs, il n'avait jamais déclaré que si un de ses éminents collègues français était mort noyé dans le lac de Poudlard, ce n'était pas par accident. L'idiot avait passé sa journée à se moquer de lui, et il avait fini par riposter, un peu trop violemment apparement. Albus l'avait certainement compris à l'époque mais n'avait rien dit.

    Eden - « Me saouler est une merveilleuse perspective mais voyez… c’est vous qui allez finir ivre si vous continuez a ce rythme. Deux bouteilles, et bientôt la troisième. »

    Sifflement méprisant. Deux malheureuses bouteilles. Elle croyait vraiment qu'il suffisait de deux bouteilles pour lui faire perdre ses esprits, ou même de trois ? Tant qu'il n'en était pas à quatre.... Mais il risquait de ne pas pouvoir finir la bouteille en question. Elle avait OSE ! Elle s'était emparée de la bouteille. Si elle la buvait il l'assomerait avec. Et la lui ferait payer. Il avait serré les poings, prêt à frapper quand elle la reposa. Jouer avec ses nerfs était une très mauvaise idée, et elle semblait ne pas en avoir conscience.

    - Accepté... la prochaine fois je vous tuerais avant de faire une telle erreur.

    Voix polaire. Il se sentait bien capable de la tuer ce soir oui. Tuer... bien longtemps que cela ne lui était pas arrivé.

    « Je vais vous éviter l’ivresse… »

    Regard qui s'était braqué sur elle. Elle l'avait fait. Elle avait finit par laisser sa stupidité la porter au-delà des limites acceptables pour une gosse. Elle avait bu dans sa bouteille. Ou plutôt, avait tenté avant de s'étouffer avec, par trop inhabituée à un tel alcool. Aussi fort surtout.

    - Mais non voyons. Maintenant que vous avez commencé... vous allez bien terminer...

    Voix particulièrement mieilleuse soudainement. Qu'il la tue ainsi, il n'en avait que faire. Et puis, de là où ils étaient, personne ne pouvait les voir depuis le comptoir. Alors, sans lui laisser le temps de réagir il avait porté la bouteille aux lèvres de la jeune femme, la forçant à pencher la tête et à boire le bon tiers de whisky qu'il y restait. Cul-sec. Elle se débattait mais il n'en avait que faire. Il la maintenait avec une force qu'il s'était oublié. Ce n'est que lorsqu'il ne resta que l'équivalent d'une gorgée qu'il la libéra de son emprise, pour finir lui-même la bouteille, le coeur battant violemment contre sa poitrine.

    - Alors... on veut jouer aux grands Miss-je-me-prend-pour-ce-que-je-ne-suis-pas ? Essayez seulement de recommencer et la prochaine fois ce sera avec un plein tonneau...

    Lueur meurtrière dans le regard. Elle avait tout intérêt à avoir compris la leçon, où il aurait tôt fait de la traîner hors du pub pour lui montrer qu'il n'avait pas oublié la moindre des choses apprises au sein des mangemorts.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://entre-bien-et-mal.forumsactifs.net/index.htm
Eden Carlyle
Serpentard | Cunning and Hypocritical
Serpentard |  Cunning and Hypocritical
avatar

Nombre de messages : 44
Niveau Scolaire : 5ème année
Côté Coeur : Nobody__#
Animal de Compagnie : Un chat, Pandore
Date d'inscription : 13/04/2008

Hogwarts Report's
Votre Maison: Serpentard
Sort Favoris:
Relationship:

MessageSujet: Re: Quand la Betise n'a de limites... [M'sieur le Prince]   Mer 23 Avr - 17:24


    Rogue - « Mais non voyons. Maintenant que vous avez commencé... vous allez bien terminer... »

    Eden commençait seulement a reprendre une respiration normale, a assimiler ce goût pour le moins désagréable au fond de sa gorge que l’homme en face d’elle avait prononcé d’étranges et plutôt incohérentes paroles. Plus jamais elle ne goutterait a cet alcool, Merlin non… c’était bien trop fort et surtout non coupé avec autre chose. Par Morgane, il lui fallait un verre d’eau, n’importe quoi mais surtout pas CA de nouveau. Manque de chance, Monsieur s’était décidé a lui offrir la fin de sa bouteille. Et comme on ne refuse pas un cadeau… quoique, probablement avait-il pensé qu’elle refuserait ou qu’elle n’était pas apte a prendre la bouteille elle-même car il l’avait presque pour ne pas dire forcer a boire. Eden avait tout d’abord fermer la bouche. Inutile de réitérer cette expérience mais devant l’incita de Monsieur, elle n’avait pu que se soumettre et boire, a la limite de l’étouffement. Elle s’était débattu, avant posé ses mains sur le torse de l’Imbécile et ceci dans l’espoir de le dégager de là mais impossible. Et ce n’était pas une gosse de quinze ans, frêle comme une brindille qui arriverait a faire opposition a un Mangemort et Ancien… Non décidément, la chance l’avait quitté pour laisser place a Madame Poisse. Et enfin… après de longues minutes -qui n’avaient été que des secondes- il l’avait libéré de son emprise. De l’alcool s’échappa des lèvres de la Verte et Argent qui n’avait pu tout avaler. N’était pas alcoolique qui voulait. Son regard émeraude s’était pendant quelques secondes posé sur Rogue avant qu’elle ne réalise la brûlure au fond de sa gorge et surtout cette étrange sensation… de flottement. Ah si il fallait goutter quelque chose d’aussi désagréable pour être ainsi… Eden commanderait toutes les bouteilles. BANG. Elle avait attrapé la bouteille de Monsieur, et avait constaté avec dépit qu’elle était vide. La bouteille avait finie a terre, a quoi bon la laisser sur la table ? Inutile.

    Rogue « Essayez seulement de recommencer et la prochaine fois ce sera avec un plein tonneau... »

    Les yeux verts s’étaient comme illuminés a cette simple idée. * Un tonneau, pourquoi pas ? * Mais cette pensée avait bien vite été recalé dans les tréfonds de l’esprit de la petite et ceci au vu du regard lancé par l’homme vêtu de noir. Non, il n’oserait tout de même pas lui faire boire un tonneau comme ça ? En la forçant comme il venait de le faire. Méchant bonhomme va. Et il lui parlait de politesse. On boit dans un verre normalement, ou a la bouteille a la rieur… mais pas directement au tonneau.
    Merlin, elle perdait la tête.

    Eden - « J’peux pas… vous avez vidé la dernière bouteille. »

    La Serpentard avait fais un vague geste en direction des débris a terre, bouteille qu’elle avait elle-même brisée. Pauvre petite chose. La jeune fille s’était par la suite levée, et dans quel objectif ? Reprendre une autre bouteille bien évidemment. Sauf que, a défaut d’avoir majestueusement évité les débris de verre, elle s’était étalée de tout son long, s’étant vulgairement rattrapé à la table, ce qui lui avait évité de se brisé la mâchoire sur le sol crasseux ou autre… Eden s’était difficilement relevé, et ceci non sans essayer de garder un tant soit peu de dignité mais s’était sans compté l’euphorie qui semblait l’animer. La whisky y était pour beaucoup et Rogue avait commis une belle erreur en la forçant a boire ce qu’elle n’a pas l’habitude de toucher. La jeune fille s’était rassise, mieux valait avoir un appui… constatation hâtive qu’elle fit. Au moins, elle était encore capable de réfléchir ( un bien grand mot pour elle…)

    Assise et sure que la chaise tenait sur ses quatre pattes. Eden avait croisé les bras sur la table avant de poser sa tête dessus. Oui, c’était bien mieux ainsi. D’ailleurs… le monde avait cesser de tanguer.

    Eden « Dites… vous êtes capable de marcher vous… J’ai besoin d’aide je crois. » La voix de la demoiselle était étonnamment basse. Et pour cause, sa légère euphorie commençait tout doucement a disparaître. Mal de crâne qui s’annonçait… « S‘il vous plais… M‘sieur. »

    Eden se devait de repartir mais vu son état actuel… elle aurait besoin d’une béquille pour arriver jusqu’à la porte du pub qui se trouvait a sept mètres tout au plus, autrement dit a des milles pour son esprit encore bien trop embué.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Severus T. Rogue
Adults | We Have Life and Succes |
avatar

Nombre de messages : 304
Niveau Scolaire : Maître des Potions. Qui dit mieux ? [arrogant]
Côté Coeur : Sis' [♥] | Lily.... *broken* - What else ? :roll:
Animal de Compagnie : Lupin ? :roll:
Date d'inscription : 16/04/2008

Hogwarts Report's
Votre Maison: Slytherin.
Sort Favoris: Sectumsempra. Envie d'essayer ?
Relationship:

MessageSujet: Re: Quand la Betise n'a de limites... [M'sieur le Prince]   Mer 23 Avr - 19:12

    Envies meurtrières. Images qu'il n'avait pas vu depuis longtemps. Torture. Que ce serait plaisant en cet instant. Jouer avec elle. S'amuser. Détruire tout ce qui faisait qu'elle était Elle. Tout détruire pour ne laisser qu'une femme le suppliant de lu ôter la vie. Plaisant. Meurtrier dans l'âme aujourd'hui. Une fois que l'on a gôuté au sang... Presque quinze ans qu'il n'avait commis aucune exaction. Véritable exploit. Il n'avait ni trompé sa femme, ni torturé quelqu'un, ni tué. Etonnant qu'il ai tenu aussi longtemps si l'on repensait à sa vie lors de la deuxième guerre. Avec Lucius comme compagnon de débauche... un peu plus et il aurait pris plaisir à tout cela. Et cette gamine qui ressemblait tellement à Lily. Amalgame qui deviendrait très dangereux pour elle si celui-là se laissait sombrer dans l'alcool. Il avait toujours rêvé de faire payer à Lily ce qu'elle lui avait fait subit. Fait impossible évidemment. Perdition que le chemin qu'il était en train d'emprûnter. Il ne s'était même pas rendu compte qu'il avait réussit à rendre la gosse ivre avec le peu d'alcool qu'il lui avait fait ingurgiter.

    La bouteille venait de s'écraser à terre. Une chance qu'il l'ai finit avant que cela n'arrive. Ainsi... elle était ivre. Mépris qu'il affichait ouvertement. Ca avait suffit à la rendre ivre. Gamine.

    - Vous ne pensez pas que je vais m'arrêter là ? J'irais en chercher une. Pour moi. Quand vous vous serez évanouie.

    Oui parce que vu la vitesse à laquelle l'alcool était en train de monter en elle, elle allait finir par faire un coma éthylique. Et il ne fallait pas compter sur lui pour la réanimer. Il la cacherait quelque part et la laisserait crever. Ce serait parfait. Quoique... peut-être se perdrait-elle toute seule ou tomberait du haut d'un mur ? Ce serait fantastique. Il ne serait même pas responsable de sa mort. Seule son imbécilité l'aurait tuée. D'ailleurs, elle était bien partie pour finir ainsi. Elle s'était étalée par terre. Joie. Il avait applaudit. Méprisant et méprisable. Magnifique spectacle qui s'offrait à lui. Il n'avait fallut que quelques gorgées d'alcool pour la rendre ivre à n'en plus tenir debout. Miracle. Elle avait réussit à rejoindre sa chaise étonnant. Il l'observa se rassoir, agacé, et eut un choc quand elle mit sa tête ainsi sur ses bras. Nouveau flash-back. Il dut cligner des yeux plusieurs fois pour revenir à la réalité, quelque peu, destabilisé. Tout cela avait comme un air de déjà vu à présent. Une rouquine lui demandant de l'escorter. Il ne devait pas accepter, il le savait.

    - Il va falloir me supplier miss.

    Mais sans attendre sa réponse il s'était levé pour aller au comptoir, vider une dernière bouteille. Il était temps de partir, et comme ça, elle ne pourrait pas toucher à Sa bouteille. Ses yeux avaient du mal à regarder droit et à vrai dire... depuis quand la gamine avait-elle une jumelle ? Merlin... il n'aurait peut-être pas du boire aussi vite sa bouteille. Mais trop tard. Ce qui était fait était fait. Son regard était toujours dur et son visage fermé, mais de temps à autre un grand sourire béat apparaissait, avant qu'il n'en prenne conscience et ne le cache. Lui ivre ? Jamais. Enfin... il ne comprenait pas pourquoi les table venaient toutes se mettre au milieu de son chemin. Et ce n'est qu'après trois rencontres malheureuses avec ces meubles à l'esprit tordu qu'il parvint à sa table, pour récupérer la gamine.

    - Allez. Il est temps de rentrer m'dame rouquine.

    Plusieurs clients les regardaient à présent et il avait sortit sa baguette, les menaçant de celle-ci.

    - L'premier qui s'approche il va rejoindre le vieux citronné !

    Etincelles jaunes qui venaient de sortir du bout de bois. Etonnant. Ca ne lui avait jamais fait ça. Il attrapa alors la gamine et c'est bras dessus, bras dessous qu'ils ressortirent du pub, pour arriver dehors où, étrangement, il faisait bon, et non pas froid comme il l'aurait cru. Et M'sieur était d'humeur, comment dire, joueuse. De très mauvais jeux. Sourire de mangemort qu'il affichait. Pauvre gamine. Elle ne savait pas les risques qu'elle prenait en sa compagnie, et c'est sans prévenir qu'il la souleva dans ses bras, manquant de s'étaler par terre au passage. Merlin était avec lui ce soir apparement.

    - Alors qu'est-ce-qu'on fait ? Vous savez voler depuis les toits vous ? Ou... oh. Vous m'avez invité à boire. J'vais vous faire visiter le village.

    Et c'est ainsi qu'il s'était mis à marcher, un peu hésitant, d'un bout à l'autre du village, déblaterant des phrases qui, si elles avaient un sens, en avait un bien obscur. L'état de Severus ne faisait qu'empirer au fur et à mesure qu'il perdait ses esprits au profit de l'alcool... et au fur et à mesure qu'il perdait son équilibre. Tant et si bien qu'il finit par tomber à terre, la gamine dans ses bras. Riant.... comme un idiot. Il fallait le dire. Il avait grandement perdu de sa prestance.

    - J'aime bien tes cheveux.

    Aie. Ca y est. Il se perdait. Il ne fallait espérer qu'une chose. Que la gamine sache courrir. Et très vite de préférence. Pauvre imbécile. Jamais il n'aurait du boire en sa présence. Quand il buvait il était, comment dire... gamin et... mieux valait ne pas penser à cela.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://entre-bien-et-mal.forumsactifs.net/index.htm
Eden Carlyle
Serpentard | Cunning and Hypocritical
Serpentard |  Cunning and Hypocritical
avatar

Nombre de messages : 44
Niveau Scolaire : 5ème année
Côté Coeur : Nobody__#
Animal de Compagnie : Un chat, Pandore
Date d'inscription : 13/04/2008

Hogwarts Report's
Votre Maison: Serpentard
Sort Favoris:
Relationship:

MessageSujet: Re: Quand la Betise n'a de limites... [M'sieur le Prince]   Jeu 24 Avr - 22:13



    Rogue - « L'premier qui s'approche il va rejoindre le vieux citronné ! »

    Vieux citronné… vieux citronné… ces deux mots avaient valser dans l’esprit d’Eden qui n’était réellement plus en mesure de réfléchir et c’est pourquoi elle avait simplement hausser les épaules a l’entente des paroles de l’homme qui manifestement avait tué un cinglé. Un de plus ou de moins. Quoiqu’il en soit, la Verte avait suivit Rogue, ou plutôt qu’elle s’était accrochée à lui, observant le sol avec une curieux intérêt et ceci pour ne pas chuter. * Une fois merci * . Eden avait difficilement posé un pied devant l’autre. Après tout, depuis quand les lignes sur le sol étaient-elles capable de zigzaguer ? Et c’est pourquoi elle avait fais stopper Rogue avant qu’ils ne franchissent la porte et ceci dans l’espoir de voir le sol normal et non pas animé comme à présent. Ceci n’eut aucun effet. Et bien trop occupé a observé les dalles, Eden n’avait vu le sourire sur le visage de sa Béquille Officielle. Sourire qui aurait du l’effrayer. Et ce fut avec surprise qu’elle constata qu’il l’avait prise dans ses bras.

    Eden « Hey… j’peux marcher hein… j’suis grande. Quinze ans. Et oué, on dirais pas… je sais. Mais j’suis une grande moi… une grande Sorcière. »

    Et en plus de parler avec difficulté -elle cherchait ses mots- Eden avait répété certains d’entre eux. Et vu dans l’état qu’elle était, ceci pouvait être pardonné. La Serpentard s’était alors agrippée a l’homme, le laissant la guider a travers les ruelles de ce village qui la nuit étaient pour le moins effrayantes mais en compagnie de l’Alcoolique, elles devenaient intéressantes, surtout au vu des paroles de celui-ci. Il disait n’importe quoi mais étant encore bien euphorique, Eden riait, souriait telle une gamine de cinq ans.

    Sev’ était tombé et avait entraîné la gosse avec lui… gosse qui ne voyait les risques avec une telle personne. Et l’éclat de rire de celui-ci avait déclencher l’hilarité de la jeune fille qui s’était quelque peu relevé en entendant les paroles de l’homme. Elle souriait, sourire des plsu béa face a l’attitude de celui qui s’était montré des plus désagréable tout à l’heure. Eden s’était alors recalée contre l’homme car niveau tapis, il excellait, confortable, vraiment. Et cette position n’était du qu’a l’état de la jeune fille, car se relever lui était devenu pénible. Elle avait bien essayé mais le monde avait aussitôt tanguer. D’ailleurs, depuis quand les lumières sont-elles aussi fortes ? Pour peu elle aurait fermer ses yeux. Et de plus, l’euphorie n’avait fais que de croître, si bien que l’idée même de fuir ne lui était pas venue a l’esprit… idée qui aurait effleurer l'esprit de la personne même de la moins censée. Être dans les bras d’un homme ivre au passé de Mangemort. Non, vraiment, il n’y avait rien a envié a la situation d’Eden, si ce n’était d’avoir le privilège de voir Rogue ivre… de voir un sourire sur son visage toujours fermé. Mais a part ceci…

    Rogue - « J'aime bien tes cheveux. »
    Eden - « Merci… »

    Un franc sourire -béa a vrai dire- s’était dessiné sur les lèvres de la gosse qui avait déposé un rapide baiser sur la joue de celui qu’elle avait qualifié de méchant quelque minutes auparavant. Puis, comme ennuyée par la situation, elle avait fais courir sa main sur le bras de l’homme, passant alors ses doigts sur la paume de celui-ci, sur la main qui aurait du tenir LA bouteille.

    Eden - « Han… t’as oublié LA bouteille. » Horrible constatation. Et avec quoi elle allait se saouler a présent . Hein ? « Diis M’sieur le plus fort, tu fais apparaître un tonneau ? Teuplaih… » Le chat Potté aurait fais pale figure devant Eden. Plus mielleux ne pouvait existé. Et comme si ses précédentes paroles n’avaient pas suffit, Eden avait de nouveau ouvert la bouche. « Rogue le roi des Vipères! Oh, c’est beau, ça te vas bien M’sieur Roi. »

    Carlyle et l’alcool, là étaient bien deux choses a ne pas associer. Manque de chance pour l’ancien Mangemort il n’avait eu connaissance de ceci… manque de chance… vraiment ? Il ne valait mieux pas penser a cette possibilité, surtout qu’Eden était bel et bien incapable de fuir…

    La Verte s’était relevée et ceci avec mal certes mais elle y était arrivée, toute seule comme une grande. Et pour peu, elle se serait elle-même applaudit devant cet exploit qui ne dura malheureusement que quelques secondes Car une fois debout, elle s’était laissée choir a terre, tel une marionnette a qui on aurait couper les ficelles. Et ceci lui tira un hoquet de surprise. Elle ne n’était pas rendue compte de sa chute… juste du sol qui s’était étrangement rapproché. * Debout, assise. Waouh, j’suis trop forte *. Elle s’était par la suite tournée vers l’homme en noir, posant ses yeux verts sur celui qui était toujours a terre. Et c’est a quatre pattes qu’elle l’avait rejoint (bien moins dangereux que debout) avant de magistralement s’étaler a ses cotés.

    Eden « Moi, j’veux pas rentrer… Puis, tu me prête ta cape… j’ai froid moi. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Severus T. Rogue
Adults | We Have Life and Succes |
avatar

Nombre de messages : 304
Niveau Scolaire : Maître des Potions. Qui dit mieux ? [arrogant]
Côté Coeur : Sis' [♥] | Lily.... *broken* - What else ? :roll:
Animal de Compagnie : Lupin ? :roll:
Date d'inscription : 16/04/2008

Hogwarts Report's
Votre Maison: Slytherin.
Sort Favoris: Sectumsempra. Envie d'essayer ?
Relationship:

MessageSujet: Re: Quand la Betise n'a de limites... [M'sieur le Prince]   Jeu 24 Avr - 23:08

    [A tous nos charmants lecteurs : pas taper Rolling Eyes]


    Eden « Hey… j’peux marcher hein… j’suis grande. Quinze ans. Et oué, on dirais pas… je sais. Mais j’suis une grande moi… une grande Sorcière. »

    Il l'avait regardée. Etonné. 15 ans ? Elle pouvait pas être si jeune sa gamine n'est-ce-pas ? Tant pis. Pour lui, elle en aurait 20 et puis voilà. Il l'avait décidé, et ça serait ainsi. Folie que de penser de cette façon. Folie que d'être ivre en la compagnie de la belle rouquine. Il avait simplement sourit stupidement à sa réflexion, les yeux brillants légèrement. Grande sorcière. Oui, sa Lily l'était. Sauf que ce n'était pas Lily. Enfin, ce n'était qu'un détail n'est-ce-pas ? Et il l'avait transportée ainsi. D'un bout à l'autre du village. Il ne savait même pas ce qu'il avait pu lui dire. Des anecdotes sur lui quand il était gamin, des remarques sur la stupidité des commerçants proablement. Heureux dans son ivresse. Et puis elle était belle sa gamine. Et elle riait à ses blagues, l'encourageant à continuer. Ce n'était même pas drôle généralement, mais... il était tellement euphorique qu'il se moquait de cela. Il était simplement bien. Etat qui aurait suffit à l'inquiéter en temps normal.

    Il avait finit par s'écrouler à terre, totalement hilare, tenant la gamine contre lui. Merlin. Il y avait des années que ça ne lui était pas arrivé. Il était merveilleusement bien avec elle contre lui. Tellement bien d'ailleurs qu'il en devenait... câlin. Terrain hautement dangereux et très glissant. Si glissant qu'il avait finit par lui faire un compliment. Gamine qu'il avait eut envie de tuer seulement quelques minutes auparavant. Sourire béat qu'il afficha quand elle déposa un baiser sur sa joue. L'était gentille finalement la miss. Gentille et belle. Un ange. Perdition un peu plus avancée. Qu'il était doux de sentir sa main sur son bras ainsi. Elle n'avait pas peur de lui. Folle, probablement. Lui même se ferait peur s'il se voyait agir ainsi, au beau milieu de la nuit. Avec une telle gamine.

    Sourire qui tomba. La bouteille. Il n'en avait pas pris avec lui. Il regarda désespérement sur les côtés pour voir s'il y en avait une, mais non. M'dame bouteille n'avait pas voulu le suivre. Raisonnement des plus incohérents. Ô elle était mignonne comme ça. Il avait gonflé la poitrine. "M'sieur le plus fort". Il se sentait invicible en réalité. Faire apparaître un tonneau ? Facile. Il fallait seulement qu'il se souvienne de la formule... euh... c'était quoi déjà ?

    - Tu vas voir...

    Il avait dit cela en lui caressant légèrement le bras. Grimace de concentration. C'était quoi ce sort déjà ? Pourquoi ça pouvait pas apparaître comme ça hein ? L'était le plus fort. Allez Sev'. Miracle. Il avait réussit. Sourire victorieux qu'il afficha. Il n'avait pas encore remarqué que le tonneau n'était en fait.. qu'une moitié de tonneau. Sorte de bassine pleine d'alcool qu'il avait fait apparaître. Quoique. Ah si, il venait de s'en rendre compte. Main qui avait transpercé la surface et qu'il avait ressortit dégoulinante. Alcool qu'il avait fait goûter en le faisant doucement coûler sur les lèvres de mademoiselle en souriant, avant qu'il ne se mette à se léchouiller les doigts.

    « Rogue le roi des Vipères! Oh, c’est beau, ça te vas bien M’sieur Roi. »

    - Ah nan. Moi j'suis un Prince.

    Le Prince de Sang-Mêlé. Tiens donc. Il s'était souvenu de son surnom. Ah mais... plus les minutes passaient, plus il l'appréciait cette gamine. Et puis. Il était le plus fort hein ? Il aurait tout ce qu'il voulait alors ? Raisonnement dangereux pour elle. Bien dommage qu'elle n'en ai pas conscience. Bien dommage qu'il n'ait pas conscience de ses actes non plus. Le lendemain serait difficile.

    Mais. Eh ! Elle faisait quoi là ? Pourquoi elle se levait ? Grimace d'indignation qu'il arborait. Qu'elle revienne sa gamine ! Il avait réussit à se mettre à quatre pattes pour lui courir après. Se lever plus il ne pouvait pas. Le sol tremblait trop pour ça. Quelle idée d'être dehors en plein tremblement de terre aussi.

    - 'Tention ! Tu vas t'faire mal !

    Gamin de cinq ans qui parlait. L'alcool avait fait son oeuvre. Gamin dans un corps aux réactions d'adultes. Dangereuses équation. Et voilà, elle était tombée. A tous les coups, elle s'était fait mal. Il avait essayé de se rapprocher d'elle mais son bras céda sous son poids et il se retrouva de nouveau à terre. Il mit de longues secondes à comprendre dans quel sens il devait regarder pour la voir. En fait, ce n'est qu'en voyant deux belles pupilles vertes sur lui qu'il retrouva un semblant d'équilibre. Elle était de nouveau tombée contre lui. Il l'avait serré dans ses bras.

    - Tu t'es pas fait mal hein ?

    Il voulait pas qu'elle soit brisée sa rouquine. D'ailleurs, il l'avait fait tomber du côté opposé pour se retrouver sur elle, jouant avec le bras de la demoiselle pour voir si la poupée n'était pas cassée. Sourire. Elle allait bien. Soulagement profond qu'il ressentit.

    Eden « Moi, j’veux pas rentrer… Puis, tu me prête ta cape… j’ai froid moi. »

    Sourire qui s'élargit un peu plus. Lui non plus voulait pas rentrer. Puis rentrer où d'abord ? Il était bien là. Rentrer n'avait aucun intérêt. Il avait enlevé sa cape, beau prince, pour entourer sa gamine avec. Voilà. Là, dans ses bras. Elle ne bougerait plus.

    - Ah. Tu vas voir. J'connais un bon remède contre le froid.

    L'alcool. La bassine était juste à côté de lui. Perdition. Que Merlin fasse disparaître cela s'il ne voulait pas cautionner la suite. Trop tard. De nouveau il avait plongé sa main dans la vodka qui s'y trouvait. Il n'avait pas de verre, il fallait bien faire avec. Et voilà. Severus le bon samaritain réchauffait une gamine qui en avait besoin. Il était gentil non ? Quoique. Il faisait froid dehors à cette saison tout de même. Et il lui avait prêté sa cape. Regard qui s'était vissé sur le tonneau. Ô belle idée. Il avait tiré la chose à lui avant de plonger la tête dedans, enfin, suffisament pour pouvoir boire autant qu'il le voulait. Vapeurs d'alcool qui n'arrangeaient rien à la situation. Et sa gamine, elle en avait plus. Elle pouvait pas boire à cause de lui. Il l'écrasait. Injustice. Il allait réparer ça. Nouvelle rasade d'alcool qu'il conserva dans sa bouche cette fois-ci, avant de venir placer son visage à quelques centimètres de celui de la serpentarde. Il passa doucement ses doigts sur ses lèvres, qu'elle les entrouve. Quelques gouttes tombaient déjà.

    Limite qui avait été franchie.
    Trop tard.
    Mieux valait qu'ils ne se souviennent jamais de cette soirée.


    Lèvres qui avaient rencontré les siennes. Alcool qu'il avait pu y déverser. Si seulement il s'était arrêté là... mais non. Il s'était saisit de son visage pour faire de cela un véritable baiser. Alcool et baisers... mélange détonnant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://entre-bien-et-mal.forumsactifs.net/index.htm
Eden Carlyle
Serpentard | Cunning and Hypocritical
Serpentard |  Cunning and Hypocritical
avatar

Nombre de messages : 44
Niveau Scolaire : 5ème année
Côté Coeur : Nobody__#
Animal de Compagnie : Un chat, Pandore
Date d'inscription : 13/04/2008

Hogwarts Report's
Votre Maison: Serpentard
Sort Favoris:
Relationship:

MessageSujet: Re: Quand la Betise n'a de limites... [M'sieur le Prince]   Ven 25 Avr - 0:05


    Eden avait incliné la tête de coté en apercevant ce qu’il avait fais apparaître. Elle avait demandé un tonneau, pas une espèce de bassine. Quoique, si le liquide qu’elle contenait était bel et bien de l’alcool, alors elle pourrait le pardonner de ne pas avoir été capable de faire apparaître quelque chose d’entier. Enfin, elle critiquait, mais ça n’aurait pas été un tiers qu’elle aurait fais apparaître. Eden et la magie, une grande histoire d’amour. D’ailleurs en parlant de baguette, elle était passait où celle-ci ? Perdue… Qu’importe, elle la retrouverait demain. Pour le moment, son soucis principal était cet alcool qui se trouvait trop loin d’elle… alcool qui finalement coula sur ses lèvres, puis dans sa bouche. C ‘était si bon. Elle ne comprenait pas pourquoi elle avait tant hésité a en vider les caisse chez ses parents. Son père possédait toute une réserve dans le sous-sol. Quoique, l’idée même de mettre un pied dans cet endroit la rebutait. Y’a plein d’araignées là dedans puis d’autres trucs étranges voila pourquoi elle n’avait jamais osé, ou si une fois… avec sa jumelle. Mais Eden était ressortie en braillant et ceci pourquoi ? Une chose a huit pattes, noire et pour le moins velue. Une araignée pour faire simple. Mais ce soir, l’alcool lui était directement fourni. Et ceci a dose trop minime selon elle puisque la demoiselle aurait volontiers plonger la tête dedans. Idée plus que tentante qu’elle avait aussitôt refréner. Trop loin…

    Sev‘ - « Ah nan. Moi j'suis un Prince. »
    Eden - « Un Prince… oh. Et diis t’a une Princesse ? Nan pasque… j’peux la faire moi. C’est pas dur. Puis un Prince sans Princesse ça existe pas. »

    Un Prince… un Roi. C’était du pareil au même pour l’enfant qui se trouvait dans les bras d’un homme aussi ivre qu’elle, quoique, probablement plus. Mais qu’importe. Elle s’amusait et c’était le principal a ses yeux. N’empêche en y repensant, une Princesse… ah oui, elle en était une. Son père lui disait souvent ceci quand elle était petite « Ma Princesse » . Seul mot d’affection qu’il avait pour elle d’ailleurs. Mais ceci avait toujours fait sourire l’enfant, si bien que ce soir… ses yeux verts s’étaient animés d’une lueur de joie sans pareille.

    Et Mademoiselle avait voulu jouer a la grande, a celle qui est Capable-De-Marcher-Même-En-Ayant-Bu. Mais manque de chance elle avait chuté et Merlin merci que l’alcool soit capable d’amoindrir la sensation de douleur, vu comment elle avait chuté. Et son Prince, il s’était inquiété pour elle, si c’était pas mignon ça.

    Severus - « Tu t'es pas fait mal hein ? »
    Eden « Mais non. J’suis solide moi. Tu sais, j’suis déjà tombé d’mon balais… de s-u-p-e-r h-a-u-t puis je marche encore. Alors c’est pas en tombant comme ça tout simplement que j’me ferrais mal. Y’a pas que toi qu’est super fort. »

    Et comme si son air gamin sur le visage n’y avait pas suffit, Eden lui avait tirer la langue. Puis d’abord, pourquoi il l’avait fait retomber sur le sol ? * C’est froid heu… Ah! * . C’était bien mieux ainsi, même si elle préférait être sur lui… plus drôle et là, pourquoi il jouait avec son bras hein ? Elle était pas en plastique, ni modelable. Peut-être qu’il vérifiait si elle était pas cassée, après tout, il s’était inquiété. Elle l’avait laissé faire son inspection avant de lever les yeux au ciel, un fin sourire sur les lèvres. Il était prévoyant le Prince. Et le sourire de la Verte s’était d’autant plus agrandit suite aux paroles du M’sieur. Il connaissait un moyen contre le froid. Ah ba voila, il était bien Charmant son Prince. Une solution a tous les problèmes. Toutefois, c’est presque avec un air boudeur sur le visage qu’elle l’avait observé boire l’alcool. Et elle ? Il l’oubliait… Ah non. Nouveau sourire quand elle comprit qu’il n’était pas aussi égoïste qu’elle l’avait pensé. Mais Eden ne pu s’empêcher de craindre quelque chose, comme si elle savait que quelque chose de mal se produisait, mais quoi ? Elle ne voyait et c’est avec enthousiasme qu’elle accueillit le liquide puis les lèvres de son compagnon de beuverie. Baiser auquel elle avait répondu sans se soucier de qui il était, et surtout de ce que ceci engendrerait. Car ce simple contact en avait appeler d’autres. Et les lèvres de la demoiselle n’avaient quitté le Prince. Sa mâchoire, puis son cou qu’elle avait débarrasser d’un gène conséquent (Foutu bouton qu’elle avait eu du mal a enlever) * mais quelle idée aussi avoir un col sur sa redingote… * y déposant ainsi quelques baisers… lèvres au goût d’alcool. Elle se perdait, entraîner par une douce folie.

    Eden - « A mon tour… »

    Elle avait inversé les positions et ceci non sans mal. Ainsi au dessus de lui, elle affichait un sourire de plus en plus béa… satisfait a vrai dire. Et son amie bassine qui se trouvait non loin. Eden avait plongé son visage - le strict minimum- dans le liquide, y recueillant alors l’alcool qu‘elle avait avalé. Car oui, mademoiselle n’appréciait pas de partager. Toutefois, elle avait posé ses lèvres sur celle de Severus, juste pour s’amuser. Drôle de jeu certes, mais ceci l’amusait… non consciente du risque. Vipère encore trop petite pour comprendre. Et comme si ceci n’avait pas suffit, elle avait continué son exploration… défaisant petit à petit les boutons du vêtement de M’sieur pour se rendre compte qu’il ne portait pas que du noir au final. Une chemise blanche…

    Eden « Hey… c’est drôle t’a une chemise blanche… t’es sur de pas t’être trompé ? Nan pasque… t’es tout habillé de noir… ça fais bizarre hein. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Severus T. Rogue
Adults | We Have Life and Succes |
avatar

Nombre de messages : 304
Niveau Scolaire : Maître des Potions. Qui dit mieux ? [arrogant]
Côté Coeur : Sis' [♥] | Lily.... *broken* - What else ? :roll:
Animal de Compagnie : Lupin ? :roll:
Date d'inscription : 16/04/2008

Hogwarts Report's
Votre Maison: Slytherin.
Sort Favoris: Sectumsempra. Envie d'essayer ?
Relationship:

MessageSujet: Re: Quand la Betise n'a de limites... [M'sieur le Prince]   Ven 25 Avr - 20:43

    Eden - « Un Prince… oh. Et diis t’a une Princesse ? Nan pasque… j’peux la faire moi. C’est pas dur. Puis un Prince sans Princesse ça existe pas. »

    Etincelle dans son regard. Une princesse. Charmante idée que voilà. Il n'en avait jamais eut. Il était prince et voilà tout. Pis elle avait raison la gamine. Il lui fallait bien une princesse. Et elle, elle serait bien non ? Elle était belle et gentille. La perfection même.

    - D'accord. Ma Princesse.
    Sourire idiot sur le visage. Envie soudaine de hurler dans tout le village "J'ai une princesse, j'ai une princesseuuuh !!!!!!". Un miracle qu'il soit resté là où il était. Merci Madame alcool pour une fois. Cela lui éviterait de se couvrir un peu plus de ridicule dans un quartier où, mine de rien, il était connu le Prince. Et puis elle avait l'air tellement heureuse qu'il l'appelle ainsi. C'était décidé. Elle serait sa princesse à lui. Sa belle petite princesse. Baiser qu'il avait déposé sur sa joue.

    Rire devant sa tirade. Mademoiselle la super-héroïne. Quoique lui... il pouvait parler. La dernière fois qu'il était monté sur un balai il s'était écrasé à terre et avait passé la semaine à l'infirmerie. Episode glorieux de sa vie. Les maraudeurs devaient encore en rire, et Potter devait se tordre dans sa tombe. Envie soudaine de l'embrasser en la voyant tirer la langue ainsi. Il savait que c'était anormal, mais de là à savoir pourquoi... Il avait écarté madame conscience au loin. Il aurait bien le temps de comprendre plus tard. Il devait seulement profiter maintenant.

    Première pensée en sentant ses lèvres contre les siennes : il aimait l'embrasser. Ah puis tout cet alcool... non décidémment il n'avait pas envie d'y mettre fin. Juste continuer à l'embrasser sa belle princesse. Il lui rendait le moindre de ses baisers, appréciant bien trop tous ces contacts pour l'homme marié qu'il était, mais ça... il l'avait, légèrement, oublié. Et voilà que maintenant elle partait en exploration tandis que lui se perdait dans la chevelure de feu de son ... amie. Et bien oui quoi, elle était gentille avec lui, ils étaient amis non ? Logique imparable. Quelque peu incohérente mais cela ne lui avait pas traversé l'esprit. Il avait d'ailleurs fini par se mettre à lui mordiller le lobe de l'oreille, peu avant qu'elle ne s'attaque à sa redingote. Qu'importe. Finalement, il faisait chaud par ici. Et puis, il serait bien mieux sans, elle avait entièrement raison. Admiration qu'il ressentit soudainement.

    Nouvel éclat de rire qui retentit. Là voilà au-dessus de lui. Il souriait, largement. Insouciant encore. Du moins, pour lui. Mais euuuuh... Elle buvait sans lui. Bouderie soudaine. Et pourquoi il avait pas le droit de boire lui ? Il avait été gentil avec elle. Supplique dans son regard.

    - Mais.... et moi alors ?

    Ah si voilà. Quoique. Non. Baiser qui avait été plus engagé, presque violent en se rendant compte qu'elle ne lui avait pas apporté ce qu'il voulait. Injustice. Elle payerait cela. Elle était bien parti pour. Surtout en s'amusant ainsi à défaire un peu plus assurément sa redongote. Et lui ? Lui, il l'encourageait, caressant son visage au passage. Le basculement était proche, mais tout cela restait encore bien sympathique.

    Eden « Hey… c’est drôle t’a une chemise blanche… t’es sur de pas t’être trompé ? Nan pasque… t’es tout habillé de noir… ça fais bizarre hein. »

    Cette fois-ci, c'est lui qui lui avait tiré la langue.

    - C'est juste pour faire parler les.... jolies filles trop bavardes.

    Joueur. Très joueur. Il s'était légèrement relevé pour l'embrasser avec passion avant d'enlever son propre haut d'un coup. Problème réglé. La chemise n'était plus là. Accident qu'il n'avait pas prévu. En enlevant ces bouts de tissu, il avait heurté la bassine et l'alcool contenu était venu se déverser sur les deux imprudents. Vision d'horreur qui passa dans son regard. *l'alcool ! On en aura plus !!!* Prédateur, il s'était jeté à son cou, inversant, à nouveau leurs positions. Une seule chose comptait à présent. Recueillir tout cet alcool qui menaçait de s'évaporer. Et il avait la technique idéale pour ça. Véritable sangsue à présent sur le corps de la belle rouquine. Ses lèvres étaient parti de son cou pour descendre embrasser, lécher l'alcool répandu sur ses épaules dénudées. Goutte qui s'amusait à descendre plus bas. Il ne réfléchissait pas, il la suivit. Commençant, doucement, à faire descendre la robe d'Eden. Jeu d'adultes qui s'annonçait. Tandis que ses lèvres descendaient, scientifiquement, sa main elle avait décidé de trouver refuge sur la hanche de sa princesse, finissant même par passer sous la robe de celle-ci.

    - Dis, tu joues avec moi ?

    Regard qui brillait étrangement à présent. Jeu bien dangereux qu'il lui proposait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://entre-bien-et-mal.forumsactifs.net/index.htm
Eden Carlyle
Serpentard | Cunning and Hypocritical
Serpentard |  Cunning and Hypocritical
avatar

Nombre de messages : 44
Niveau Scolaire : 5ème année
Côté Coeur : Nobody__#
Animal de Compagnie : Un chat, Pandore
Date d'inscription : 13/04/2008

Hogwarts Report's
Votre Maison: Serpentard
Sort Favoris:
Relationship:

MessageSujet: Re: Quand la Betise n'a de limites... [M'sieur le Prince]   Ven 25 Avr - 21:24


    M‘sieur Prince - « D'accord. Ma Princesse. »

    La Verte était devenue cramoisie. Elle était devenue sa Princesse, si ce n’était pas magnifique. Et pour ces simples paroles un sourire s’était dessiné, heureux, tout simplement et non béa comme les autres fois. Elle appréciait cette appellation. Puis, avec un Prince a ses cotés, elle pouvait l’être, une Princesse. Et Pré-Au-Lard était son royaume. Merveilleuse idée que voila. Ne manquait plus qu’a assiéger Poudlard. Non, pasque une Princesse sans château ça n’existe pas. Même si il y avait le manoir de ses parents, quoique… trop petit a son goût (même si elle se perdait toujours dans le dédales des couloirs)/ Mademoiselle avait la folie des grandeurs et il lui fallait quelque chose digne d’elle, donc Poudlard. Et oui rien que ceci. Une objection ? Non, d’accord. Donc elle pourrait partir a la guerre dès le lendemain matin et ceci avec son Prince. Mais le lendemain, mieux valait ne pas y penser car encore non consciente de ce qu’elle faisait, Eden ne réaliserait que trop tôt sa folie…

    Demain serait la terrible révélation.

    M‘sieur Prince - « Mais.... et moi alors ? »

    Eden - « J’suis égoïste moi… J‘prête pas. Puis t‘a qu‘a te servir comme un grand. »

    Éclat de rire devant l’air qu’avait pris le Prince. Il boudait, comme un gosse. Il était pire qu’elle. Puis ses yeux. Rho, elle l’aimait quand il était ainsi. C’était si drôle à voir. Et Mademoiselle avait cette exclusivité. Voir Rogue faire l’enfant. Quoique, niveau gaminerie, il ne dépasserait pas le niveau d’Eden qui lui atteignait des summum. Et certes il n’y avait pas de quoi s’en vanter mais elle… Limite si elle ne voulait se promener avec une pancarte pour l’afficher.

    Elle avait incliné la tête de coté -geste qu’elle faisait bien trop souvent d’ailleurs- . Pourquoi il lui avait pas donné de vraie réponse ? Ah c’est ça, il ne voulait pas avoué pourquoi il avait une chemise blanche. Parce qu’il s’était trompé le pauvre. Pas évident de voir les couleurs le matin. Entre blanc et noir, la différence était si minime. Rolling Eyes Puis d’abord, elle n’était pas bavarde la Serpentard, pas du tout. Enfin, juste un peu sur les bords. Léger sifflement pour contredire Monsieur.

    Le regard émeraude de Carlyle s’était ancré sur le corps qu’elle avait vainement tenté de débarrasser de ses nombreuses couches de vêtements. Puis quelle idée aussi, une redingote puis une chemise. Et là… elle avait laissé ses doigts parcourir la peau pale de l’homme. Gestes qui n’étaient que des caresses aériennes. Gestes qui se stoppèrent quand elle se rendit compte de la maladresse de son compagnon. L’alcool… Puis il aurait pu être chaud le liquide. Frisson qu’elle refréna. Horreur quand elle constata que LUI il profitait. Et en plus IL avait repris LA place de Mademoiselle, a savoir le dessus. Ah non, ceci ne pouvait se passé ainsi. Quoique, vu les arguments de Monsieur… elle se laissait entièrement guidé par ses baisers. Qu’importe qu’il récupère l’alcool, c’était si agréable qu’elle pouvait lui laisser ce privilège.

    M‘sieur Prince - « Dis, tu joues avec moi ? »

    Jouer… Elle n’eut pas conscience que sa réponse avait provoquer la chute. Elle n’avait compris ce qu’il s’était passé. Car Eden avait accepté, en toute bonne conscience, heureuse d’être avec cet inconnu… avide des multiples sensations provoqués par ses baisers et caresses et c’est tout naturellement qu’elle avait dit oui.

    Un jeu qui avait pris des tournures dangereuse.
    Pour elle et surtout pour lui.

    […]



    TERMINE.
    [Oui, on évite ce choquer un peu plus les ames sensibles *sifflote*]


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand la Betise n'a de limites... [M'sieur le Prince]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand la Betise n'a de limites... [M'sieur le Prince]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» Quand l’État est en faillite, la Nation est en péril
» A QUAND UN NOUVEAU DEPART POUR EVITER UN AUTRE 29 FEVRIER ?
» Quand les dès sont jetés .....
» Quand on rêve éveillé. [Pv Jann et Sweety]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Remembrall :: • ENJOY FLOOD :: • THE END... :: Topics Terminés-
Sauter vers: