AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Who Are You ? l Sunset

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Who Are You ? l Sunset   Dim 13 Avr - 13:35

    Cette journée avait affreusement mal commencée, et tout portait à croire qu’elle allait se poursuivre dans la continuité. Tout se passait exactement comme je ne le voulais pas, et mon humeur s’en était très vite faite ressentir. Je commençais à laisser pointer une dose d’exaspération jusqu’à ce qu’Olivier daigne enfin m’annoncer une bonne nouvelle. Certes, c’était en dessous de ce que j’avais espéré, mais j’avais appris à être clément avec lui, et à relativiser sa condition pour ne pas laisser aller mes nerfs sur sa petite personne. Il était d’ailleurs si susceptible que je préférais éviter le conflit, de peur de m’enrager d’autant plus. Il avait été particulièrement courtois, et je me voyais mal lui dire de s’en aller sans l’avoir considéré avec un peu plus de clémence. Certes, il était pour ainsi dire à ma botte, mais ce n’était absolument pas ce qui devait transparaître. Olivier était en quelques sortes soumis, mais seul lui & moi devions le savoir. Je le renvoyai donc avec une forme d’indifférence toute première, conservant ma satisfaction au plus profond de ma chair et de mon esprit.

    Je me retrouvais ainsi bien seul dans le vaste hall, particulièrement peuplé en ce lundi matin. Le soleil était à son zénith et les allers et venus vers la grande salle s’accentuait de minute en minute. J’étais plongé dans une contemplation neutre de tous les élèves qui se ressemblaient tous, et dont je gratifiais sans exception de ma plus claire et nette indifférence. Je n’avais que cela pour eux, et ils me le rendaient bien. Le ton de cette nouvelle année était donné, mais ma septième année ne serait plus rythmée par ces petits affrontements puérils. Le fait que je sois à Serpentard semblait me rendre d’autant plus antipathique, mais c’était une coutume que j’avais acceptée en six ans. Je me contentais d’endurer leurs regards en biais, leurs commentaires, leurs indiscrétions sur ma vie, puisqu’ils n’en savaient rien. Beaucoup des sorciers présents à Poudlard avaient une vie très mystérieuse, mais je faisais partie de ces élèves dont on ne savait rien, dont on prétendait ne rien vouloir savoir tout en espérant un jour connaître les tréfonds de l’histoire. Je n’avais aucune suprématie à Poudlard. Et je n’en voulais pas.

    Je m’étais installé au milieu des marches du grand hall. De cette position, j’évitais de tourner le dos à trop de monde, et j’avais un panorama grandiose sur les alentours. Mon regard bleuté avait un point de chute sur chacune de ces petites têtes qui s’agitaient quasi stupidement. Je les observais avec une certaine perplexité pensive, pour la bonne et simple raison que je me moquais bien de ce qu’il faisait, mais que mon attention y était portée puisqu’ils étaient tous sous mes yeux. Plongé dans ma neutralité, je demeurais serein, et mon estomac ne semblait vouloir revendiquer son dû. Cela m’arrangeait bien, je n’avais aucune envie de descendre pour rejoindre la grande salle. J’étais bien mieux ici, quasiment perché, mon regard et mes pensées perdus, un peu partout mais surtout nulle part. Je croisais parfois quelques regards qui s’échappaient ensuite, mais jamais un sourire ne me vint. Ce n’était pas une bonne journée, mais je préférais laisser filer le temps plutôt que de le subir.

Revenir en haut Aller en bas
Sunset Piercefield
Poufsouffle | Loyal and Patient
Poufsouffle |  Loyal and Patient
avatar

Nombre de messages : 213
Niveau Scolaire : 7ème année .
Animal de Compagnie : Un Chaton;; « Kichi » && des chOcOgrenouilles ?!
Date d'inscription : 12/04/2008

Hogwarts Report's
Votre Maison: Hufflepuff .
Sort Favoris: « Bloclang » [ `TentiOn Aux Z'nOeils ! 'Fin Aux Langues *BaF*]
Relationship:

MessageSujet: Re: Who Are You ? l Sunset   Dim 13 Avr - 14:06


    La demoiselle avait passé une matinée des plus horribles, choses quotidiennes depuis qu'elle était arrivée à Hogwarts. Ici, les jours se ressemblaient. Dormir, tenter une approche des autres sans pour autant être agressive, aller en cours, manger. Toujours ce même cycle qui laissait la belle brune, bien qu'en réalité elle fut blonde. Ainsi, quand elle entendit son réveil ce matin-là, elle enfuit sa tête dans l'oreiller en pestant contre ses parents et le ministère de la magie qui les avaient obligées, elle et sa soeur.
    Puis, réalisant qu'elle allait être de nouveau en cours, ce qu'elle voulait éviter afin de passer inaperçue, elle s'était vêtue du traditionel uniforme qui l'énervait déjà parce qu'elle aurait préférer passer son temps en jean. Et enfin, après avoir pris sa baguette qu'elle glissa dans sa poche, elle avait été en cours. Des cours des plus barbants : Botanique et Histoire de la magie. Les deux matières dans lesquels la demoiselle râmait... Pourquoi n'avait-elle pas pu avoir Divination ? Au moins, elle se serait bien amusée !

    Ainsi, quand elle sortit de ces deux cours, Sunset trainait des pieds car, même si elle avait quelques heures à tuer, les cours qu'elle avait l'après-midi n'était pas non plus d'une grande utilité, du moins, selon elle. Le regard vague, plongée dans ses pensées, elle laissa ses pas la guidaient en espèrant trouver quelque chose à faire.
    Mais, tout de suite, ses songes se tournèrent vers ce qu'elle aurait fait si elle n'avait pas été envoyée dans cette école. Elle se serait sans aucun doute plus amusée. Elle aurait fait les 4oo coups avec ses frères, au nombre de cinq. Et oui, elle est née dans une grande famille puisque ses parents eurent en tout sept enfants. D'ailleurs, elle se demandait souvent comment ils avaient eu le courage d'en faire autant surtout qu'elle-même n'aimait pas tellement les enfants, sauf quand ils avaient une bonne tête comme ses petits frères quand ils étaient plus jeunes. Ah, ce qu'ils pouvaient lui manquer. Dire qu'avant elle priait presque pour ne plus les avoir sur le dos, avec leurs taquineries et moqueries.

    A présent, elle ferait tout juste pour les voir. Soupirant, elle releva la tête pour voir où elle avait atterit. Le hall. C'était sans doute pour cela que d'un seul coup, des murmures, rires et bavardages lui étaient parvenus aux oreilles. Cherchant à son tour quelqu'un à qui parler, elle ne remarqua personne qu'elle connaissait et, c'était l'une de ces rares fois où elle n'avait pas le courage d'engager la discution. Ainsi, balayant l'imense salle du regard, elle finit par hausser légèrement les épaules.

    Elle entendit alors son prénom dit à très basses voix. Elle redressa imédiatement sa tête pour voir qui l'appeller mais rien. Elle ne remarqua personne qui était suceptible de lui parler mais plutôt un petit groupe de filles qui la regardait en piaillant et, prenant de temps à autre un regard grâve alors que d'autres pouffaient comme des petites sottes. Dès qu'elle les observa, elles tournèrent la tête comme si ce n'était pas elle dont elle parlait. Il n'y en avait qu'une seule qui soutenait son regard et il lui suffit d'envoyer un regard noir et menaçant à cette petite cancanière pour que cette dernière fasse comme ses amies. Alors, comme pour leur prouver qu'elles se moquaient bien de ce qu'elle pouvait dire, Sunset resta dans le hall bien qu'elle s'écarta légèrement pour s'approcher d'un mur contre lequel elle s'appuya, les bras croisés.
    Elle resta quelques instants ainsi, à dévisager chacune des élèves avant de se lasser et portait son attention sur les autres élèves présents. Elle remarqua aussitôt la présence de Ares... Elle ne savait plus quel était son nom et elle n'avait d'ailleurs pas très envie d'en savoir plus à son sujet car, d'après ce qu'on lui avait dit, il ne valait mieux pas chercher à en connaitre d'avantage à son sujet. Alors, elle détourna son regard qu'elle posa sur ses chaussures, le regard penot comme une petite fille que l'on viendrait de punir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tt-leaves.forumsactifs.net/index.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Who Are You ? l Sunset   Dim 13 Avr - 15:12

    Il existait toujours cette ambiance de commérages un peu malsaine, mais personne n’y pouvait rien. Ce n’était pas quelque chose dont on se défaisait, tant dans le monde des moldus que dans celui des sorciers. C’était peut être même pire. J’avais toujours été particulièrement perplexe à ce sujet, mais je me contentais d’y prêter une vague attention, et surtout de l’alimenter. Car c’était grâce à des gens comme moi que tous ces petits êtres méprisables et pathétiques avaient de quoi parler. Cela ne me rehaussait pas, pas du tout, et je n’étais pas de ces gens qui pensaient qu’il importait peu que l’on parle d’eux en bien ou en mal tant que l’on parle d’eux. Je connaissais tout le mépris silencieux qui m’était accordé, rien ne m’échappait en la matière, mais j’étais devenu lentement celui que j’étais, et rien ni personne ne pourrait le changer. Les rumeurs avaient toujours existé, mais le plus intéressant pour moi n’était pas celles qu’on lançait mais celles que moi je lançais. Evidemment, les « on dit » servaient davantage mes avantages s’ils venaient de moi. Pendant un temps, j’avais exploité cette technique, mais très vite, je m’en étais lassé. M’enfermant dans mon indifférence, j’étais comme beaucoup d’autres qui laissaient parler d’eux, par dépits ou manque de considération, pas parce que l’on se méprenait sur ce que nous étions, mais seulement parce que personne ne nous connaissait.

    Ce fut précisément à l’instant où je concluais que je ne pouvais ainsi être davantage heureux que dans leur médisance que mon regard croisa celui de Sunset. Sunset Piercefield. Je ne la connaissais pas, loin de là, mais cela n’avait aucune espère d’importance à mes yeux. Elle se détourna bien vite de moi, et j’eux un vague sourire de satisfaction, très mince, mais aussi très prompt à disparaître. Je n’avais aucune idée de ce que je lui voulais, à condition que je lui veuille quelque chose. Mais j’étais particulièrement fasciné par cette jeune poufsouffle, et je reconnaissais fort aisément que cette fascination n’avait rien d’anodine. Elle était toute nouvelle, puisque jamais apparue durant les six dernières années, et cela avait suffit à aviver ma curiosité. Je reconnaissais également fort aisément que je ne portais que très peu d’intérêts à autrui, c’était d’un mortel ennui et d’une radicale inutilité, mais il y avait quelque chose d’énigmatique qui m’attirait en elle. Il ne fallait pas se méprendre, j’étais curieux, avide d’en savoir davantage, de tenter de la connaître un peu, mais cela n’avait rien à voir avec quelque sentiment amoureux, ou même seulement amical. J’avais toujours été attiré par ce que je ne comprenais pas, et je ne comprenais pas Sunset, principalement parce que je ne la connaissais pas.

    J’étais conscient d’une chose essentielle dans ma curiosité : quelqu’un était venu à elle avant moi. Le regard détourné qu’elle m’accordait respirait une méfiance sans nom. Physiquement, je sais que je n’inspirais jamais confiance à qui que ce soit, mais il s’agissait de quelque chose de plus profond. Les rumeurs faisaient perpétuellement le tour du château, et j’eus la surprise de me reconnaître que j’en étais en partie déçu pour une fois. Me rendant expressément compte que l’intérêt peu commun que je lui portais m’égarait doucement, je culpabilisai l’espace de quelques secondes. Mon regard eut donc pour réflexe de se détourner enfin d’elle, quoi que je me serai bien étendu davantage en une telle observation. Mon attention tomba sur un groupe de jeunes filles qui semblaient s’amuser avec excentricité d’on ne sait trop quelle conversation. Mon sourire tomba, totalement. Au royaume de la niaiserie, elles étaient les reines, et leurs petits cris ainsi que leurs rires sonnant me donnaient déjà la nausée. Ce que Poudlard était un paradoxe : autant de séduction que de répulsion en mon âme et conscience.
Revenir en haut Aller en bas
Sunset Piercefield
Poufsouffle | Loyal and Patient
Poufsouffle |  Loyal and Patient
avatar

Nombre de messages : 213
Niveau Scolaire : 7ème année .
Animal de Compagnie : Un Chaton;; « Kichi » && des chOcOgrenouilles ?!
Date d'inscription : 12/04/2008

Hogwarts Report's
Votre Maison: Hufflepuff .
Sort Favoris: « Bloclang » [ `TentiOn Aux Z'nOeils ! 'Fin Aux Langues *BaF*]
Relationship:

MessageSujet: Re: Who Are You ? l Sunset   Dim 13 Avr - 20:31


    Son regard toujours porté sur le bout de ses chaussures, elle restait là à les fixer sans pour autant avoir le courage de relever la tête. Elle avait conscience que ce n'était pas une attitude qu'elle aurait adopter en temps ordinaire. Non, si ça avait été comme d'habitude, cela ferait un moment maintenant qu'elle aurait été le voir pour le forcer à lui donner des explications aux regards étranges qui lui portaient. Elle ne les aimait pas. Ils l'intimidaient car même si les yeux du garçon semblaient purs et clairs, lorsqu'il regardait quelqu'un, il semblait incapable du moindre sentiment. C'est clairement ce qui lui faisait peur. L'inhumanité qu'elle pouvait trouver dans ces regards.

    Elle soupira alors, agacée de sa propre faiblesse. Voilà qu'elles se mettaient à avoir peur de tout et de n'importe quoi. Après tout, c'est impossible quelqu'un qui ne ressent rien alors cela ne pouvait qu'être une carapace qu'il se donnait. Oui, ça ne pouvait être que ça.
    Maintenant, elle n'avait qu'une chose à faire si elle ne voulait pas rester ainsi, apeurée par un simplement regard : Lever le sien et faire face aux yeux si tétanisant du garçon. S'armant de tout le courage qui lui vint, elle finit par relever la tête, lentement comme si un fil invisible la forçait à rester la tête baissée. Tout cela ne rimait à rien. Enervée contre elle-même, elle redressa plus violemment la tête en manquant de se fracasser le crâne contre le mur mais elle parvint à arrêter son mouvement avant que l'accident n'ait eu lieu.

    Puis, elle posa son regard sur le jeune homme qui, par chance, avait détourné son attention ce qui permit à la jeune Poufsouffle de lui lancer un regard plus assassin. Mais, elle ne put s'empêcher de détourner encore une fois son regard mais cette fois-ci pour observer ce que le garçon regardait. Il s'agissait du groupe de filles qui se donnait, corps et âme, dans une discution qui, à tous les coups, visait à rendre une certaine personne encore plus ridicule qu'elle l'était. L'espace d'un instant, elle crut que le sujet de discution était elle-même ce qui l'exécra encore un peu plus, elle se dressa de toute sa faible longueur en s'écartant légèrement du mur afin d'aller leur régler leur compte une bonne fois pour toute mais, elle fut stoppée dans son geste lorsqu'elle entendit un prénom qu'elle ne connaissait pas. Ainsi, ça ne pouvait pas être sur elle car on ne pouvait lui prêter une relation quelconque avec quelqu'un qu'elle ne connaissait pas.

    Rassurée, elle reprit sa position initiale comme pour se fondre dans le mur. Voilà qu'elle se découvrait une nature discrète et timide qui n'avait pas lieu d'être. Etait-elle malade ? Devrait-on l'amener à Sainte Mangouste ? Son comportement lui paraissait de plus en plus étrange... Alors, comme si changer de position allait changer son attitude, elle fit quelques pas, les bras toujours croisés avant de s'arrêter en plein milieu du hall. A présent, elle devait avoir l'air encore plus stupide que les langues de vipère qui se trouvaient un peu plus loin. Mais, le ridicule ne tue pas. Encore heureux sinon la demoiselle serait morte depuis un moment. Néanmoins, elle ne sentait pas à son aise ainsi alors elle revint vers un des murs, pas le même que précédemment et reprit la position appuyée contre le mur. A en croire que les moments où elle n'avait personne avec qui parler la rendait mal à l'aise.

    Non, en réalité, c'était la pure vérité sauf qu'elle ne se l'était jamais avouée car, jusqu'à présent, quand elle était encore avec la troupe du « Cirton Circus », se retrouvait seule était très rare. Vraiment très rare d'autant plus que là-bas, elle passait le plus clair de son temps avec sa clone. Du moins, c'est comme cela qu'elle la nommait pour la taquiner car il fallait l'avouer, leur ressemblance, traits pour traits, était plus que frappante et même leurs parents avaient toujours eu du mal à les différencier. Mais au moins, ils y arrivaient assez souvent ce qui n'était pas le cas des élèves de Hogwarts et c'était d'ailleurs la raison pour laquelle Sunset s'était colorée les cheveux en brun grâce à un sort des plus simples.
    Bref, bien qu'en temps ordinaire elles étaient fourrées ensemble, la demoiselle la sentait s'éloigner depuis qu'elles étaient arrivées à l'école ce qui n'arrangeait pas tellement l'état anxieux de la demoiselle. Soupirant à l'idée que sa sœur puisse l'abandonner, elle chercha à se convaincre du contraire. Peut-être qu'elle était en train de faire ses devoirs et comme Sunset n'avait jamais été du genre très studieuse, elle n'avait pas osé lui proposer de l'accompagner. Bien évidement, elle n'en crut pas un mot ce qui la fit culpabiliser car elle réalisa que c'était peut-être elle-même qui prenait de la distance sans même s'en rendre. C'est donc ainsi, plongée dans les méandres de son esprit, qu'elle porta inconsciemment son regard sur le jeune Serpentard sans réaliser sa présence dans son champ de vision.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tt-leaves.forumsactifs.net/index.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Who Are You ? l Sunset   Dim 13 Avr - 21:59

    Je ne peinais pas à plaider coupable : j’étais perpétuellement insatisfait, même si je ne disais rien. Rien ne m’allait, et surtout pas ce qui allait aux autres. Je me trouvais trop ambitieux pour ce qui m’était proposé, et cela aurait pu être de la vanité si je n’avais pas été si certain que Poudlard n’était même pas un bon tremplin pour entrer dans une vie active et épanouie. Certes, l’on construisait son avenir magique en ce haut lieu, mais, selon moi, mon avenir magique avait été bâti par ma naissance, et le reste de mon avenir, soit la conquête d’un certain pouvoir m’appartenait totalement. Je ne pouvais compter sur qui que ce soit pour m’approprier le fruit de mes ambitions, et je voyais en cette école un relief faux, malhonnête, malsain, hypocrite, quelque chose qui ne correspondait pas à mon idéal. Les trois quarts des filles présentes relataient la plus ferme niaiserie adjointe d’une puérilité non nivelée, et les trois quarts des garçons présents, quant à eux, étaient tout juste bons à finir antiquaire, joueur de tout de passe-passe, peu de réussite en somme. Ce que j’aurais aimé voir Durmstrang, y bâtir ma vie, mon présent et mon avenir. Je n’avais qu’un seul réconfort en cet endroit, c’était de savoir, qu’un jour, un sorcier que je tenais en haute estime avait étudié ici. C’était le seul, l’unique.

    Mon égarement me conduisit à haïr subitement ces filles. C’était une émotion sourde, infinie, mais profond, terré, invisible, mais bel et bien présente. Ce qu’elles m’insupportaient. Comment disaient les moldus ? « Barbie » ? C’était à peu près ce que je pensais d’elle, à la différence que je voyais leur utilité dans la suite de mes idées et de mes aspirations. Il me faudrait un jour des personnes comme elles, mais ce jour-là, elles désireront inévitablement renier cette condition qui les rabaissent d’elles-mêmes. Ce n’était absolument pas conseiller de penser ainsi au milieu de toutes ces personnes. J’étais renseigné en matière de légilimens, et mon esprit était habitué à se défendre s’il le fallait – car c’était une erreur que je ne voulais posséder – mais je préférais toujours éviter une faute d’inattention. Personne n’avait à pénétrer mes pensées, mais rien ne valait mieux que la prévention. De toute façon, certains s’y étaient déjà aventurés et … mieux valait ne pas aborder cette pensée, ou plutôt ce souvenir. Pauvres de eux, j’en aurais presque de la peine.

    Ce fut sur cet esprit d’amertume que je croisai de nouveau le regard de Sunset. Bon sang ! Elle avait quelque chose, une infinité de ce « quelque chose » qui m’attirait. C’était peut être tout simplement le fait qu’elle me soit si inconnue qui était si divinement attrayant. Je ne ressentais que très rarement des sentiments positifs à l’égard de quelqu’un, surtout pas sans le connaître. C’était même tout le contraire, je restais bien souvent sur des mauvaises impressions. Qu’elle soit de Poufsouffle ou d’on ne sait trop où n’avait aucune importance pour moi, la classification par « maison » n’avait aucune importance à mon regard. Je ne me focalisais que sur ce qu’elle dégageait, et je sentais une pointe de ressemblance entre elle et moi qui me plaisait, tout simplement. Ce n’était pas flagrant, certes, mais je savais dans quelle situation elle se trouvait, je savais ce que c’était que d’être mis à l’écart, d’être le seul perdu égaré au milieu d’un hall, et par-dessus tout, je savais ce qu’était qu’être le sujet des railleries d’un groupe d’élèves tout près de moi. Car, à l’instar de cette bande sixième année qui souriait et riait en me jetant des regards moqueurs et méprisants, Sunset semblait elle aussi avoir ouvert son fan club. J’eus d’ailleurs un vague sourire, et lui indiquant d’un signe de tête ledit « groupe ». Je la laissais ainsi, avec toute mon attention. Pourquoi agissais-je ainsi ? Je n’en avais aucune idée, et cela ne semblait avoir qu’un fond d’importance. Tout au plus.

Revenir en haut Aller en bas
Sunset Piercefield
Poufsouffle | Loyal and Patient
Poufsouffle |  Loyal and Patient
avatar

Nombre de messages : 213
Niveau Scolaire : 7ème année .
Animal de Compagnie : Un Chaton;; « Kichi » && des chOcOgrenouilles ?!
Date d'inscription : 12/04/2008

Hogwarts Report's
Votre Maison: Hufflepuff .
Sort Favoris: « Bloclang » [ `TentiOn Aux Z'nOeils ! 'Fin Aux Langues *BaF*]
Relationship:

MessageSujet: Re: Who Are You ? l Sunset   Dim 13 Avr - 23:02


    La jeune Piercefield resta plongée dans ses pensées, le regard vaguement posé sur le jeune Serpentard sans lui porter une réelle attention. Du moins, pour le moment puisqu'au bout de quelques minutes, elle sortit de ses songes réalisant qu'elle fixait depuis quelques temps le garçon. Espèrant qu'il ne l'ait pas prit mal car elle n'aspirait pas vraiment à être en conflit avec une telle personne, elle posait son attention quelques choses d'autre : Les élèves qui ne faisaient pas attention à elle, ceux qui descendaient les escaliers et atterrissaient dans le hall ou encore ceux qui rentraient de l'extérieur du château.

    Malheureusement, elle s'en lassa très vite, trop vite. Elle soupira en s'amusant à présent avec une mèche de cheveux qui lui tombait sur le visage. Elle fixa quelques instants la mèche en question. Ça lui faisait vraiment bizarre d'avoir une telle teinte de cheveux. Qu'est-ce qui lui était passé par l'esprit ? Elle se préférait en blonde pourtant, elle en avait marre d'être confondue alors devait se résigner à rester brune...
    En parlant de sa sœur, elle se demanda ce qu'elle pouvait bien faire celle là. Elle ferma quelques instants les paupières comme pour se concentrer en cherchant où Ivannah pouvait bien être. Elle eut un sentiment désagréable sur lequel elle s'empêcha de penser en cherchant un autre sujet. Malheureusement, rien ne lui vint à l'esprit ce qui la fit soupirer de nouveau. Elle reposa alors son regard sur chacun des élèves présent avant de croiser celui d'Ares. Cette fois-ci, elle n'y échappa pas.

    Quand il fit un signe de la tête en direction du groupe de fille, elle ne put s'empêcher de leur jeter un coup d'œil. Elles cancanaient toujours autant ce qui désespérait largement Sunset qui les foudroya du regard. Elle les regarda quelques instants avant d'être dérangée par une légère douleur dans ses avant-bras.
    Elle commençait à avoir des crampes à force de rester les bras croisés alors, elle les étira avant de mettre les mains dans les poches de sa robe de sorcière. Elle y sentit un morceau de bois qu'elle identifia vite : sa baguette magique. Un léger sourire égaya son visage alors qu'elle la retirait de sa poche. Et, comme souvent lorsqu'elle s'ennuyait, elle se mit à la faire tourner entre ses doigts comme elle l'avait vu faire les moldus avec des stylos. Mais cela n'était pas une activité assez entrainante à son goût alors, elle reporta son attention sur les sixièmes années tout en continuant de la faire glisser dans sa main.

    Peu à peu, elle fut prise d'une envie de parler malheureusement, elle ne se voyait pas débuter une conversation avec les commères qui étaient un peu plus loin car elles lui avaient laissé une assez mauvaise opinion, comme la plupart des élèves d'Hogwarts. Non, plutôt comme la plupart des gens qui ne faisaient pas partie de la troupe. Soupirant, elle observa les gens qui arrivaient dans le hall, pleine d'espoir mais n'y remarqua aucune tête connue. Si elle ne trouvait personne à qui parler, elle finirait par se parler toute seule... Ce qui n'allait pas améliorer sa réputation. Ainsi, elle se mordit la lèvre inférieure alors qu'elle s'apprêtait à dire ses pensées à voir haute. Elle ne devait pas, elle le savait. C'est pourquoi elle se restreint à une idée qui l'effrayait quelque peu. Quelle idée ? Celle d'entamer une discution avec la seule personne présente dans le hall qui était seule, le Serpentard qui lui faisait froid dans le dos. Hésitante, elle finit par déclarer d'une voix assez forte car le jeune homme était assez éloigné :

    « - Euh... Ares, c'est ça ? »

    Elle fit une légère grimace confirmant son hésitation. Elle regarda le dénommé « Ares » en question en ignorant du mieux qu'elle le pouvait les regards surpris du groupe de fille qui avait alors cessé leurs conversations comme si Sunset avait fait quelque chose de grave. De très grave même. Ainsi, si elle tentait de ne pas le remarquer, c'était bien évidemment pour éviter de dramatiser la situation. D'ailleurs, elle était déjà assez effrayante comme ça. C'était même la raison pour laquelle la jeune Poufsouffle ne s'était pas approchée de son interlocuteur : Plus il y aurait de distance entre eux, plus elle se sentirait rassurée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tt-leaves.forumsactifs.net/index.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Who Are You ? l Sunset   Lun 14 Avr - 19:07

    Qui était-elle ? Que faisait-elle à Poudlard ? J’aurais aimé le savoir autant que j’aimais l’ignorer. Je n’éprouvais d’intérêts que pour ce que je ne connaissais pas ou que je ne comprenais pas. Comme toujours. J’aimais avoir cette sensation de vide dans mon savoir, qui poussait ma curiosité et ma fascination au vice. Sunset était pour moi une vaste terre d’ignorance, et c’était justement tout là que se posait la terrible mais inévitable question du « Qu’attendais-je ? ». D’elle ou de moi, telle n’était pas mon interrogation. Qu’attendais-je pour aller la voir, lui parler ? Oh, j’étais conscient de tout ce qu’elle devait avoir appris de moi, ou plutôt ce qu’elle pensait avoir appris de moi, je savais, je comprenais, j’étais même en partie déçu. Je ne l’étais que peu souvent, mais il aurait été plaisant qu’elle eut un autre intérêt pour moi que celui de se dérober à mon attention. Elle ne pouvait m’échapper. Non, je n’étais pas quelque obsédé compulsif, mais si elle n’était pas sous mes yeux, elle effleurait régulièrement mes pensées. C’était ni plus ni moins que ma fascination, ma seule fascination.

    Avait-elle réellement prononcé mon nom ? Je me raidis de cette seule idée en posant sur elle un air froid et absent. Ma réaction pouvait paraître assez disproportionnée mais je n’aimais que très peu que l’on m’interpelle devant tout le monde. Pourquoi ? Parce que plusieurs regards s’étaient désormais retournés vers moi, mais aussi vers elle, et je savais d’ores et déjà que les « on dit » allaient courir abondamment. Elle venait de commettre quelque chose de « répréhensible », et elle venait probablement de le comprendre. Ares Hiltz Dale, je n’étais pas recommandable, et personne ne me parlait. Premièrement parce que j’étais un grand indifférent, et que sinon mon humeur semblait toujours particulièrement massacrante. Je n’étais pas un enfant de chœur, et j’étais même particulièrement assassin en général. J’avais cet aspect certes prétentieux mais il m’évitait d’être importuné. En effet, je pouvais passer des heures assis sur ces marches, dans le hall, sans que personne ne me parle. Ce n’était pas un problème.

    Je la fixais sans acquiescer ni répondre. Je n’étais pas très éloquent, mais je me voyais d’autant plus mal lui « hurler » ma réponse. Non, je n’allais, en effet, pas lui accorder la réplique. Pourquoi l’aurais-je fait ? Certes, j’aurais pu au moins approuver de la tête, mais je savais que ce n’était pas vraiment une question. Un des sixièmes années qui me guettaient du coin de l’œil vint croiser mon regard, et ce fut quelque chose de plus craintif qu’autre chose qui traversa ses yeux. Je n’avais encore rien dit, rien fait, mais beaucoup savaient ce dont j’étais capable. Insupportable sarcastique et cynique, insatisfait depuis toujours, je n’étais pas du tout fréquentable. Sunset l’ignorait-elle ? Je ne pouvais encore la mettre en garde, mais tout portait à croire que ce ne serait pas moi qui le ferais. Je la laissais donc là, sans lui accorder de réponses. Qu’elle vienne si elle l’osait. Il n’y avait pas de raison qu’elle ne le fasse pas. A moins qu’elle se fixait autant que je le pensais à ce que l’on disait de moi, auquel cas je comprenais sa distance, même si je la méprisais.

Revenir en haut Aller en bas
Sunset Piercefield
Poufsouffle | Loyal and Patient
Poufsouffle |  Loyal and Patient
avatar

Nombre de messages : 213
Niveau Scolaire : 7ème année .
Animal de Compagnie : Un Chaton;; « Kichi » && des chOcOgrenouilles ?!
Date d'inscription : 12/04/2008

Hogwarts Report's
Votre Maison: Hufflepuff .
Sort Favoris: « Bloclang » [ `TentiOn Aux Z'nOeils ! 'Fin Aux Langues *BaF*]
Relationship:

MessageSujet: Re: Who Are You ? l Sunset   Mar 15 Avr - 20:07


    Observant le jeune Serpentard, elle attendit sagement une réponse. Après tout, quand on vous pose une question, même si elle théoriquement, la logique veut que l'on répondre. Non, peut-être pas la logique mais plutôt la politesse ce dont le garçon semblait dépourvu car il mettait bien du temps à répondre. Du moins, c'est ce qu'elle crut à répondre. Peut-être hésitait-il lui aussi à lui parler à cause des rumeurs qui courraient à son sujet.
    Pourtant, elle ne tarda pas à en douter. Bien qu'elle fut au cœur de nombreuses discutions censées être discrète, il lui semblait que jamais on l'avait fait passer pour une folle furieuse ou quelqu'un de désagréable bien que, en y repensant, cela pouvait peut-être avoir été dit. Elle n'avait pas été très gentille avec les gens depuis son arrivée, sauf peut-être quelques uns. Mais, pour la plupart, elle s'était contentée d'être naturel mais, très vite, elle devait hargneuse mais, ce n'était pas de sa faute. Non, ce n'était pas de sa faute. Elle en était persuadée. Après tout, c'était eux qui lui lançait des pics, elle ne faisait qu'y répondre, peut-être plus férocement mais elle n'avait pas en s'en vouloir : Ils avaient commencé. Oui, depuis son arrivée à Hogwarts, la jeune fille s'était découvert des petites pulsions paranoïaques qui aurait paru évidente si au moins une personne ici l'avait connu avant, ce qui n'était pas le cas.
    D'ailleurs, il y avait peu de chance que sa réputation change car elle était profondément convaincue que son avis sur les gens de « l'extérieur » ne bougeraient pas car elle ne voulait admettre avoir des préjugés. Ce n'était que la simple vérité, elle avait pu le constater. Notamment en ce moment car elle ne tarda pas à réaliser qu'elle n'aurait aucune réponse de la part du jeune homme qui était encore bien loin et qui n'avait pas prit la peine de se rapprocher.

    Agacée par son comportement, elle remarqua bientôt qu'il n'avait même pas prit la peine de changer de position, ne serait-ce que pour acquiescer. Il restait là, telle statue, son regard étrange posé sur elle. Les gens d'ici étaient vraiment trop stupides et bizarres à son goût. Ne pouvant plus supporter son attitude, elle se dégagea quelques instants de son emprise, ou tout au moins de son regard en posant le sien sur les filles qui avait reprit leur conversation bien que ce coup ci, elles ne prirent même pas la peine de le faire discrètement. Il était évidement que Sunset était au sujet, certainement le plat principal à en juger par les mines jouissives que prenaient ces petites niaises.
    Elle leur accorda un regard assassin qui leur fit retrouver leur « discrétion », elle baissa le regard sur ses pieds, légèrement honteuse. Elle espérait n'avoir jamais été ainsi ou alors si ça avait été le cas, qu'elle ne le fusse plus de nos jours. Mais, ce qui l'embêtait réellement fut qu'elle avait l'air plus sotte qu'elle ne l'était car, selon elle, si l'autre troll avait prit la peine de répondre, elle n'aurait pas eu le loisir déplaisant d'accorder ne serait-ce qu'une anse d'attention au petit groupe et ainsi, elle n'aurait pas eu l'air de « la fille plantée en plein milieu du hall ». Grimaçant à la pensée de ce qu'on lui raconterait demain à ce sujet, elle pesta contre le garçon dont elle avait ignoré la présence.

    Décidée à avoir le dernier mot, elle releva son jolie minois et s'acharna à fusiller du regard le pauvre malheureux, sans doute prix au dépourvu car rien ne laissait entendre qu'elle se remettrait dans la course aussi facilement. Elle se plongea dans son regard, après avoir recroisé les bras, un léger rictus aux lèvres : La partie pouvait commencer.
    C'était psychologique, elle en était persuadée. Tout ce qu'elle avait à faire pour regagner le peu de dignité qu'on lui avait accordé depuis son arrivée, c'était de gagner. Il le fallait, s'en était presque vital. Elle ne pouvait pas perdre, elle se l'interdisait. Et ce depuis toujours d'ailleurs puisque, bien qu'elle ne l'avouerait jamais, elle s'était toujours montrée mauvaise perdante, peu importe le domaine. Elle trouvait soit une excuse qui expliquerait sa perte ou sinon, elle le faisait regretter un peu plus tard au gagnant après avoir boudé pendant toute la journée. Une réaction puérile et gamine, elle en avait conscience mais elle était comme ça et ne pourrait pas changer.

    Ainsi, elle continuait d'observer le jeune homme sans même ciller, ou peut-être quelques fois afin d'éviter que sa vision se trouble. Elle voulait le voir, elle voulait voir quand il perdrait. Patientant bien que ce fut loin d'être une qualité qu'elle possédait, elle en oubliait presque la manière si étrange dont il l'avait regardé et la regardait encore. Elle n'avait plus peur. Du moins, elle était trop préoccupé à autre chose pour s'autoriser de l'être...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tt-leaves.forumsactifs.net/index.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Who Are You ? l Sunset   

Revenir en haut Aller en bas
 
Who Are You ? l Sunset
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sunset Beach
» Les Sunset Pirates
» Yamaneko , Mentali...
» Despérados ~ RPG Western Fantastique ~
» Renouvellement pour Pauline =)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Remembrall :: • ENJOY FLOOD :: • THE END... :: Topics Terminés-
Sauter vers: